Ambassadrice de France au Portugal

Mesdames et Messieurs, chers compatriotes,

Je viens de prendre mes fonctions au Portugal et j’ai tenu à arriver à Lisbonne à temps pour y vivre le scrutin européen, moment essentiel pour l’avenir de l’Union européenne.

J’ai pu voter dans l’un des bureaux de vote installés à l’Ambassade de France à Lisbonne et ai suivi avec un grand intérêt le vote des électeurs français et binationaux inscrits sur les listes électorales au Portugal. J’ai eu le plaisir de rencontrer plusieurs d’entre vous à l’occasion de ce scrutin, qui a vu une augmentation significative de la participation.

Au-delà de cet événement, je suis très heureuse de représenter la France au Portugal. Je me réjouis à la perspective de travailler activement à l’approfondissement d’une relation bilatérale, déjà excellente et confiante, à la qualité de laquelle mon prédécesseur, Jean-Michel Casa, a beaucoup contribué.

J’ai l’intention d’être à la disposition des Français établis au Portugal, pour apprendre de vous, pour partager des expériences et des analyses, pour soutenir vos initiatives et projets qui contribuent au rayonnement de la France, ou, le cas échéant, pour contribuer à apporter une solution aux difficultés que vous rencontreriez.

Dans les semaines et les mois qui viennent, les chantiers sont nombreux : promotion des échanges économiques, approfondissement de la coopération scientifique, éducative, linguistique et culturelle, vitalité de nos relations consulaires et administratives. Pour accompagner ces changements et vous tenir informés de l’actualité de l’ambassade et de l’Institut français du Portugal, je vous propose, pour celles et ceux d’entre vous qui ne l’auraient pas encore fait, de vous abonner à nos lettres d’information (vous pouvez le faire dès maintenant en suivant les liens ci-dessous).

Vous pouvez compter sur moi et toute l’équipe de l’ambassade pour être à votre écoute et disponibles à vos côtés.

Florence Mangin
Ambassadrice de France au Portugal

lien vers le site de l’Ambassade de France où je peux m’abonner à la lettre d’information

lien vers le site de l’Institut français du Portugal où je peux m’abonner à la lettre d’information de l’IFP

Un Dimanche à Piódão

Piódão, est un village classé « bien d’intérêt public ».

Il est situé dans la Serra do Açôr, sur un escarpement abrupt et une structure en mailles fermées à la structure sinueuse. Ce magnifique village est bien adaptée à la rugosité de l’espace environnant.
Les pâturages de la Sierra de S. Pedro do Açor, parsemés de nombreuse sources, ont attiré les bergers lusitaniens qui y ont paissé leurs troupeaux.

À l’époque médiévale, une petite colonie s’est formée, qui a été baptisée Maisons Piódam, puis transférée à son emplacement actuel, peut-être en raison de l’installation d’un monastère cistercien (dont il n’ya pas de vestiges) qui sera le fondement du lieu au siècle XIII.

Ce monastère était peut être lié à l’ancienne invocation de Santa Maria (commune dans les abbayes cisterciennes) du temple de l’église mère.

Recevoir la télé de France de partout en Europe …

  A voir sur http://gentlebox.tv

Avec un petit appareil à brancher sur votre écran, de partout en Europe, vous recevrez en quelques minutes vos programmes de télé préférés.   Lors de vos déplacements vous pouvez même emmener cette « p’tite boîte » avec vous.

Pas de parabole !

Juste besoin d’un accés Internet (fixe ou en partage sur votre téléphone ou une clé)


Par exemple :

  • Ça y est !!! Le moment des vacances, tant attendu, est arrivé et avec votre camping-car vous avez envie d’évasion, de paysages reposants mais, pour que vous soyez totalement comblée, pour passer des vacances de rêves.
  • Vous partez en déplacements,
  • Vous êtes en bateau,
  • Vous séjournez dans un hôtel qui ne propose pas toutes les chaînes de télévision que vous aimez,
  • Vous ne pouvez pas mettre d’antenne chez vous et souhaitez être certain de recevoir la télévision de manière correcte et efficace.
  • Vous voulez voir la télé dans une autre piéce.

S’il vous manque juste l’émission de télévision que vous aimez regarder et qui vous informe ou divertit.   La « p’tite boîte » est faite pour vous.   Une simple connexion Wi-Fi suffit.   Vous pourrez enfin profiter de tous vos programmes de télévision, partout et simplement.  

La p’tite boite utilise molotov.tv pour l’affichage des chaines françaises. L’interêt réside dans le fait que une fois installée et connectée sur la télé plus besoin de modifier quoi que ce soit. La mise en oeuvre est bien plus simple. De plus chaque membre de la famille peut voir un programme diffèrant sur sa télé avec le même abonnement. Enfin le prix de GentleBOX par rapport à un Ordinateur portable ou même un téléphone n’est pas comparable

Offre de lancement en Mai 2019 à voir sur gentlebox.tv

OUI c’est légal ?   Le streaming est une technique de diffusion audiovisuelle, utilisé par les opérateur de télévision comme TF1 par exemple, et cela n’a, en soit, rien d’illégal. par exemple Molotov a passé des accords commerciaux officiels avec les differents diffuseurs de télévision française. Donc cela est parfaitement légal, du moment que l’on peut justifier d’une domiciliation en France ( voir https://www.molotov.tv/travel).   Un abonnement IPTV (Internet Protocole Télévision) ou OTT (Over The Top) est un service de streaming qui permet d’accéder à des chaînes de télévisions grâce à une connexion internet.   Ces services sont très prisés par ceux qui veulent avoir accès notamment aux chaînes de sports proposés par Bein ou Canal+. Mais aussi pour ceux qui veulent avoir accès à toutes les autres chaînes gratuites et de la TNT.   Pour avoir accès aux émissions proposées par les opérateurs habilités, il vous suffira de lancer l’application correspondante à votre abonnement. Et voilà la télévision via internet !   Parmi les services d’IPTV proposés sur internet, certains sont légaux, et d’autres sont totalement illégaux.   Il est très étonnant de voir que ces abonnements illégaux sont également disponibles sur des sites de vente très populaires.   Ne vous méprenez pas, certains abonnements disponibles sur ces plate-formes très connues sont également illégaux.   Si vous souhaitez recevoir encore de nombreux programmes de télévision de qualités, bannissez de vos systèmes ces abonnements qui tuent l’industrie cinématographique et pénalisent les créateurs.   Sur certains services légaux, vous aurez en plus un moyen d’enregistrer vos émissions préférées, au cas ou ne pourriez pas les voir en direct.    

  • Attention pour votre information, La p’tite boite GentleBOX n’utilise pas de parabole, juste Internet, car l’utilisation de système de réception par satellite avec une parabole et un démodulateur comme proposé par Fransat ou IntelSAT, pour recevoir les chaines de télévisions françaises n’est pas autorisé hors du territoire Français. Si vous avez une parabole en dehors du territoire français, vérifier bien les conditions d’utilisation de votre diffuseur. Pour fransat.fr on peut lire :
    « … L’utilisation de l’Equipement Fransat étant exclusivement limitée au territoire français métropolitain, y compris la Corse et Monaco, au profit des personnes physiques domiciliées sur ce territoire … »

Avec la « p’tite boite » Certains services permettent d’avoir accès aux programmes français, lors de vos séjours, au sein des états membres de la communauté européenne en toute légalité. Il existe de plus en plus de sites douteux proposant des offres IPTV. Il faut savoir que la plupart de ces sites, aux offres alléchantes, ne sont pas des diffuseurs autorisés et sont complètement illégaux. Les prix de ces abonnements vont de 30€ à 80€ par an, ce qui est beaucoup moins cher qu’un abonnement Canal+ par exemple. Il faut donc bien comprendre que face à cette concurrence illégale, de plus en plus d’action en justice sont menées par les diffuseurs légaux.   À noter que les applications Smart IPTV, NEO TV Pro, ou autre Kodi sont souvent utilisées pour les abonnements illégaux, et sont vivement déconseillées.   les abonnements IPTV, proposant des milliers de chaînes pour quelques euros, sont clairement illégaux car ils ne respectent pas les droits d’auteurs et de diffusions.   GENTLEBOX.TV ne recommande en aucun cas l’utilisation d’abonnements IPTV illégaux.  

Tatiana Cardoso – avocate fiscaliste

Téléphone : +351 916 042 838
e-mail : tatianadecacardoso@hotmail.com

Parcours Professionnel

Tatiana Cardoso travaille chez Caiado Guerreiro, SP, RL depuis 2009, au sein de l’équipe de droit fiscal: restructuration, procédure et contentieux fiscal, et est en charge du French Desk, accompagnant les clientes francophone de A à Z.

Domaines de Spécialisation

Langues

Portugais, Français, Espagnol et Anglais.

Autre Formation

Diplômée en Droit Fiscal Avancé (Faculté de Droit de l’Université de Lisbonne).

Formation en Comptabilité et Fiscalité des Entreprises (Faculté de Droit de l’Université de Lisbonne).

Associations Professionnelles

Tatiana Cardoso est inscrite à l’Ordre des Avocats portugais (OA).

Publications et participations

Tatiana Cardoso est co-auteure des articles

« Le Nouveau Régime de déduction de la TVA en IRS » publié à Advocatus.

 » Les opportunité en ors au Portugal  »  – 2016

« Le Portugal, toujours le Portugal » – 2017

« Insurance Activity in Portugal – A Closer look » – 2017

« La Taxation de la cryptomonnaie au Portugal » – 2018

« L’hébergement local portugais, un vrai phénomène » – 2018

Voulez-vous participer à une belle aventure ?

Bonjour à tous !

Bientôt arrive la nouvelle saison estivale avec son cortège de touristes et de jeunes retraitées

Heureux webmaster de ce merveilleux média je vous propose d’en devenir un des auteurs.

Je cherche des personnes de qualités, motivées, et bénévoles pour m’aider à animer ce moyen de communication des passionnés du Portugal.

Vous êtes intéressés pour faire des publications d’articles, des vidéos, des interviews, etc, vous vous sentez l’âme d’un auteur, inscrivez-vous en cliquant sur http://portugalfrancophone.pt/login et allez sur la partie « inscription ».

Tous les sujets sont les bienvenues ! A condition cependant, qu’ils respectent les critères traditionnels de courtoisies et qu’ils aient un rapport avec le Portugal et les francophones …

Je prendrais contact avec vous, après votre inscription, pour vous expliquer comment faire pour la mise en place de vos publications.

Je reste évidemment à votre disposition pour répondre à toutes vos questions.

Dominique Durand

Casa dos Sueco : un endroit fort symphatique !

J’ai tester pour vous, ce restaurant :


Rua Joaquim Sotto Mayor, 73A
3080-209 Figueira da Foz

Pour un prix modique c’est génial … et on peut même y dormir …

En plein centre-ville dans un des plus beau quartier de Figuerra da Foz , reçu dans un français parfait, ce restaurant, au-delà de sa carte très sympathique, vous accueille avec des tables drapées et des serviettes de tissu, et des couverts lourds agréables en mains et en bouche.

Les parts sont copieuses et délicieuses. Pour 10 €, boissons, entrées , plat, dessert, café , on y repart repu et satisfait.

Reserver ICI

Aucune description de photo disponible.

Stairway to Heaven (Escada para o Paraiso)

Le premier jour de décembre – nous l’espérions plus lumineux – fut finalement le bon pour la deuxième randonnée proposée par Germain Leclerc, infatigable éclaireur d’un Portugal qu’il connaît comme sa poche… sur les cartes Michelin.
Vers le Nord-Est de Figueira, à deux petites heures de route, un peu au-delà de la jolie petite ville d’Arouca, va se nicher avec noblesse et âpreté le Rio Paiva, réputé pour être l’un des cours d’eau européens les plus salubres : pas de pollueurs en amont, pas (ou peu) en aval. Seuls quelques maladresses de rafteurs intempestifs griffent de temps à autre quelque roc inusable. Pas de quoi déranger Nicolas Hulot dans ses grandes vacances.

La balade, sans aménagement, eut été sportive, voire dangereuse. Grâce à une longue flânerie romantique faite de bois imputrescible et de visserie discrète (Os Passadiços do Paiva), et dont l’accès vous est acquis pour la pharaonique somme de deux euros, elle reste physique mais néanmoins familiale. On imagine d’ailleurs les cohortes estivales cherchant ici, en petite montagne, une fraîcheur salutaire.

C’est simplement beau. Comme tout ce qui était là avant nous et le sera encore après. Mais Germain a choisi de conduire le petit groupe – une petite douzaine

(1) – selon l’itinéraire qui présente la grosse difficulté au tout début : plus de cinq-cents marches pour lesquelles chacun doit trouver son juste rythme. Avec tout de même, comme soutien psychologique, la promesse d’un casse-croûte colonial (?) qu’aura confectionné avec délicatesse et calories la douce Gisèle. Et si ventre affamé n’a pas d’oreilles, la gourmandise peut donner des ailes…Fût-ce pour de simples maquereaux et sardines à l’huile, réhaussés de l’emblématique pastel de nata.

Arrivée en ordre dispersé en haut des marches et il ne restera rien ou presque de ce « piquenique francês » qui fait sourire les marcheurs portugais qui nous dépassent.

Le reste (la balade en tout n’atteint pas tout-à-fait les 9 kilomètres) paraît très facile et il est enivrant de suivre ce cours d’eau qui n’en fait qu’à sa tête et repart de plus belle en fonction des torrents qui viennent l’alimenter. Il se la joue colère ou calme plat, selon la pente et le terrain, piège son écume pour un épais tapis blanc ou propose une véritable définition de la limpidité. Autour la nature hésite entre les couleurs flatteuses de l’automne et la mort annoncée de l’hiver, des champignons jouent à qui sera le plus moche, des panneaux nous renseignent sur les merveilleux « Borboletas » que nous ne verrons jamais. Un côté « hors saison » plus délicieux que mélancolique. On papote, par petits groupes, on s’isole pour taper une vraie marche, et une passerelle suspendue nous permet de saluer, en douce, le Harrison Ford d’Indiana Jones…
Une chaîne n’étant forte que de son maillon le plus faible, nous avons mis tranquillement deux fois le temps nécessaire pour cette heureuse découverte. Mais faire durer le plaisir, entre amis, reste une idée très défendable.
Un grand merci à Germain pour avoir reconnu pour nous ce chemin inoubliable et que nous vous recommandons sans réserve.

J.-F. B.
(1) Pascal et Brigitte, Francis et Nathalie, Jean-François et Dominique, Pascal, Antoine, Florane, Germain et Gisèle.

(Reproduit avec l’aimable autorisation de Jean-François Bourgeot)

PERSONNES FISCALEMENT DOMICILIÉES HORS DE FRANCE IMPÔT SUR LES REVENUS 2017

Voici une notice bien utile pour les français pour corriger votre déclaration de revenus 2107 si le montant de votre Avis d’imposition 2018 vous semble incorrect …

PS: je ne suis pas un spécialiste du domaine mais moi ça m’a aidé …

https://www.impots.gouv.fr/portail/files/formulaires/2041-e/2018/2041-e_2289.pdf

Bon courage …

Sernancelhe, Pays de la Châtaigne

Lapa, Châtaigne et Aquilino Ribeiro

 

Sernancelhe est une circonscription riche dans sa diversité: montagne, vallée, fleuve et paysages extraordinaires.

ENCADREMENT REGIONAL

Située dans la Région Centre-Nord du Portugal, en pleine région de la Beira Alta, la circonscription de Sernancelhe se situe dans le district de Viseu, dont elle appartient administrativement.

Traversé par le fleuve Távora, dans le sens sud-nord, et qui s’écoule en direction du Douro, Sernancelhe fait trontière avec les circonsciptions de Trancoso, Penedono, Aguiar da Beira, Moimenta da Beira, Vila Nova de Paiva, Sátão et São João da Pesqueira.

LA CIRCONSCRIPTION, LES ORIGINES, L’HISTOIRE

Vue générale sur la commune de Faia, l’une des communes riveraines

Sernancelhe est riche en histoire, patrimoine et tradition. Sernancelhe est le pays natal du célèbre écrivain portugais Aquilino Ribeiro, du Sanctuaire de Notre Dame de Lapa et de la châtaigne. Sernancelhe est également caractérisé par son territoire dense et montagneux où au bout de l’horizon on aperçoit la vallée du Marão et la Serra da Estrela.   

Au fond de la vallée, le fleuve Távora domine le paysage, serpente et parcourt rapidement le vallon, en direction du Douro.

Béni par la nature, Sernancelhe est connu pour être le “Pays de la Châtaigne”.  Au cours des siècles, les châtaigniers se sont inscrits dans le paysage qui définit les villages et les versants de Sernancelhe. Possédant une beauté indiscutable, les châtaigneraies multi-centenaires localisées à la Seara ou au pied du versant de Notre Dame au Pied de la Croix, très appréciées pour sa variété dénommée Martaínha, représentent une grande référence au Portugal. C’est au milieu de ces châtaigneraies qu’ont lieu les Raids VTT ainsi que les parcours pédestres, comme si l’on suivait les pas des pèlerins qui revenaient de Saint Jacques de Compostelle et arrivaient à Sernancelhe après avoir traversé les localités de Ponte do Abade caractérisé par ses auberges et Mosteiro da Ribeira.

Presque neuf siècles d’histoire définissent Sernancelhe comme étant l’une des plus anciennes circonscriptions du pays. L’église romane du XIIème siècle, située à Sernancelhe, caractérisée par sa voûte en berceau, exhibant deux groupes sculpturals inscrits dans des niches où est mis en evidence l’Apôtre Saint Jacques,  est l’exemple de ce passé prestigieux. Pays de foi et de bergers, c’est à Sernancelhe qu’est né l’un des plus grands écrivains portugais du XXème siècle nommé Aquilino Ribeiro, auteur du livre “Route de Santiago” ainsi que de la plus belle odyssée littéraire dédiée à la région de la Beira et plus précisément aux Terres du Démon.

À presque mille mètres d’altitude, le Sanctuaire de Notre Dame de Lapa, l’un des plus anciens de la Péninsule Ibérique, garde l’une des plus belles pages de diffusion du culte au Portugal et dans le monde, et a joué un rôle important concernant l’évangélisation des nations lors de la période des Grandes Découvertes.

Sernancelhe tient également une place dans l’histoire du Portugal. Une histoire vécue par les pèlerins de Saint Jacques de Compostelle qui, dans le fleuve Távora, trouvaient la fraîcheur qui leur permettait de poursuivre leur chemin; l’ombre et la magnificence des châtaigniers leur transmettaient la vigueur de la nature. La beauté ainsi que l’exemple inspirateur de l’apôtre Saint Jacques, sculpté sur la façade de l’eglise de Sernancelhe, leur donnait la motivation pour terminer leur pèlerinage de foi et de vie.

PREMIÈRE CHARTE EN 1124, AVANT LA FONDATION DU PORTUGAL

Sernancelhe a reçu sa première charte le 26 octobre 1124, document confirmé par le roi D. Alphonse II en 1220. En 1514, le roi D. Manuel a octroyé une nouvelle charte à Sernancelhe, localité qui a connu tout au long de son histoire diverses altérations administratives provoquant ainsi un profond changement concernant l’organisation de la circonscription. Les communes de Fonte Arcada, Lapa, Vila da Ponte et Sernancelhe ont obtenu le statut de ville où juge, greffier, officier public et sergent-major ont exercé leurs fonctions.   Sancha Vermuiz a octroyé une charte à Fonte Arcada en 1193. Fonte Arcada était le siège d’une circonscription constituée de six communes mais elle a été dissoute en 1855. Cette localité exhibe une diversité patrimoniale enviable ainsi que de nombreux édifices d’origine noble qui attestent l’importance administrative de cette époque.

Lapa, qui est aujourd’hui le troisième sanctuaire marial du pays, a également joué le rôle d’une circonscription à partir du 18 juin 1740. La circonscription de Lapa a existé pendant plus d’un siècle mais elle a également été dissoute en 1885.

LE SANCTUAIRE DE NOTRE DAME DE LAPA

Vila da Ponte est une autre localité appartenant à la circonscription de Sernancelhe qui a obtenu le statut de ville en 1661 par le roi D. Alphonse VI. La Place, où se dressent le pilori et l’ancienne Mairie représentent aujourd’hui les témoins de cette période d’une grande influence locale et régionale.

Ce n’est qu’en 1896 que la circonscription de Sernancelhe a été constituée telle que nous la connaissons actuellement, avec ses 13 communes et une superfície de 220 kilomètres carrés.

Le dynamisme que Sernancelhe a démontré au fil des siècles est essentiellement dû à sa localisation. L’harmonie entre les monts et le fleuve, entre la vallée et la montagne, a été déterminante pour que Sernancelhe évolue sans cesse.

Le XXème siècle est indubitablement associé à l’auteur Aquilino Ribeiro, natif de la commune de Carregal, circonscription de Sernancelhe, où il est né le 13 septembre 1885. À 10 ans, il vit avec ses parents dans la petite ville de Soutosa, Moimenta da Beira, où il fréquente l’enseignement primaire. Il poursuit son parcours de jeune collégien à Lamego et viseu où il fréquente le séminaire, qu’il finit par abandonner par manque de vocation. En 1906, il vit à Lisbonne et en pleine période d’agitation républicaine, il commence à écrire ses premiers articles de journaux. En 1907, à la suite de l’explosion d’une bombe, il est mis en prison. Mais il parvient à s’évader et entre 1908 et 1914, il vit entre Paris et Berlin. En 1914, la Première Guerre Mondiale l’oblige à repartir au Portugal.

En 1918, il publie son premier roman : La voie Sinueuse  qu’il dédie à la mémoire de son père, Joaquim Francisco Ribeiro. L’écrivain Raul Proença, l’invite en 1919 à travailler en tant que bibliothécaire à la Bibliothèque Nationale de Lisbonne . C’est à cette période qu’il écrit incessamment: Les Terres du Démon (1919), Le Roman de la Renarde (1924), La Bataille sans fin (1931) et bien d’autres titres. Il participe à de nombreux mouvements révolutionnaires contre la dictature militaire à Porto et Viseu, qui l’obligent à s’exhiler, deux fois, à Paris (1927 et 1928) où il se marie une deuxième fois (sa première femme étant décédé). À partir de 1935, sa production littéraire devient plus féconde: wolfram (1944), L’Archange Noir, O Malhadinhas (1949), La Grande Maison de Ramarigães (1957), Quand hurlent les Loups (1958), ce dernier ayant été interdit par la censure et a été un prétexte pour que le tribunal ouvre un procès conte l’auteur. Entre temps, il voyage au Brésil, Londres et Paris. En 1953, durant les commémorations du 50ème anniversaire de son premier livre, promu par la Société Portugaise des Écrivains, présidée par Ferreira de Castro, il tombe malade et décède à 78 ans, le 27 mai 1963 à Lisbonne.

En effet, Aquilino Ribeiro est considéré comme l’un des romanciers les plus féconds de la première moitié du XXème siècle. Son style littéraire est caractérisé par une excpetionnelle richesse lexicologique et par l’utilisation de constructions phrasiques d’origine populaire, pleine de régionalisme.

En dépit du fait que Aquilino Ribeiro ait adopté un style littéraire traditionnel, il a cherché, tout au long de sa vie, à diversifier les thèmes de ses oeuvres, ce qui est difficile de systématiser leur thématique. Dans ses romans, Aquilino Ribeiro décrit avec une profonde imagination, des scènes de sa vie et du quotidien des villages des Terres du Demon telles que la convivialité entre les villageois, l’éducation assurée par les prêtres, les conspirations politiques, les évasions rocambolesques ainsi que les les exhiles. Jusqu’en 1932, année où il s’installe à Cruz Quebrada, tous les décors, contextes et personnages que Aquilino invente renvoient à sa région natale la Beira.

O Malhadinhas, Andam faunos pelos Bosques et Terras do Demo constituent les exemples les plus célèbres de la littérature renvoyant aux origines de l’auteur. En effet, le lecteur se voit, avec une extrème facilité, mêlé aux personnages, guidés par leurs traditions et leur façon typique de s’exprimer. Son parcours exceptionnel lui a permis de faire partie de la liste des candidats au Prix Nobel de la Littérature, en 1960, distinction qu’il n’a pas obtenue.

Cependant, en 2007, l’Assemblée de la République a décidé de rendre hommage à sa mémoire et de lui accorder les honneurs du Panthéon National. La translation de sa dépouille a eu lieu le 19 septembre 2007. Aquilino Ribeiro est ainsi la dixième personnalité qui est entré au Panthéon National.

En ce qui concerne la vie et l’oeuvre de l’Illustre Aquilino Ribeiro, la Municipalité de Sernancelhe a contribué, ces dix dernières années, à la divulgation de divers auteurs qui se sont intéressés à l’extraordinaire production littéraire de ce grand écrivain. Sernancelhe, est d’ailleurs la seule municipalité du pays qui édite une revue littéraire consacrée à un auteur, dans ce cas précis  à Aquilino Ribeiro.

Le Couvent de Notre-Dame de Assunção, situé dans la commune de Carregal, a été un lieu d’inspiration pour Aquilino

Pour toutes ces raisons, Aquilino Ribeiro, un illustre natif de Sernancelhe, une personnalité primordiale de l’histoire et de la culture portugaises, mérite d’être évoqué en permanence. La maison où il est né, les mémoires de son enfance, les sources d’inspiration de ses oeuvres, les visages rudes et les tempéraments amères des populations des “Terres du Demon” telles qu’il les a décrits dans ses livres,   sont toujours vivants, avec la même vigueur et la même grandiosité patrimoniale afin qu’ils soient les témoins de notre identité.