Les Incontournables du Portugal

A voir, à faire au Portugal

L’Alfama, Lisbonne

Dédale de ruelles parsemées d’ombre et abritant des cours dissimulées, le quartier de l’Alfama révèle sa magie à qui accepte de divaguer un peu pour mieux percer l’âme de Lisbonne. Porté par les chants mélancoliques du fado venus se mêler aux effluves de sardines grillées, le promeneur glissera ses pas le long d’épiceries grandes comme un mouchoir de poche et de façades tapissées d’azulejos flamboyants avant de se laisser happer par l’ambiance bon enfant d’une taverne ou d’une autre. Et soudain, au détour d’une rue, la ligne des toits dévale jusqu’au Tage miroitant…

Les nuits du Bairro Alto, Lisbonne

Minuit sonne dans le Bairro Alto, une atmosphère électrique cour le long des ruelles pavées. Lorsque la lune se lève sur les collines de Lisbonne, les fêtards, tels des oiseaux de nuit guidés par les tags du street art, volent vers ce haut lieu de la nuit. Un verre à la main, les noctambules discutent vivement sur fond d’urban music jouée par des orchestres locaux comme sur les mixes de house concoctés par les DJ. Dîneurs tardifs des tavernes traditionnelles et des restaurants chic ou simples dégustateurs de mojito ou de sangria au coin de la rue partagent un même bonheur : celui d’être aux premières loges d’un des spectacles nocturnes les plus appréciés d’Europe !

Sintra

Une toute petite heure de train sépare Lisbonne de Sintra. Si loin du monde, ce village sorti d’un conte de fées et ses ancestrales auberges aux murs de pierre reposent paisiblement aux pieds de leur protecteur, le palais blanchi à la chaux. La magie s’accroît avec les bois des collines alentour semées d’impressionnants châteaux, de mystérieux jardins, d’étranges demeures et de monastères séculaires. Le soir venu, de soudaines nappes de brume ajoutent au mystère et il fait alors bon se réchauffer au coin du feu d’une de ses nombreuses adresses de charme.

Porto

Difficile d’imaginer cité plus romantique que la deuxième ville du Portugal. Le lacis de ses étroites rues piétonnes cache nombre d’églises baroques, de théâtres prestigieux et de larges places. Inscrit au Patrimoine mondial de l’Unesco, le quartier de Ribeira est relié par un pont classé monument historique à l’un des hauts lieux du porto, les chais de Vila Nova de Gaia. Le temps a marqué les façades, mais la ville bruisse d’une vitalité intense, tant sur le plan architectural que gastronomique, artistique ou nocturne.

Évora l’héritière

Cité médiévale parmi les mieux préservées du Portugal, la perle de l’Alentejo qu’est Évora protège ses merveilles architecturales derrière ses remparts du XIVe siècle. Si son intimidante cathédrale jouxtée d’un cloître, ses vestiges romains et sa pittoresque place centrale procurent des émotions esthétiques inoubliables, l’effervescente ville universitaire réserve aussi des plaisirs plus terrestres grâce à la talentueuse cuisine alentéjane.

Les falaises du Cabo de São Vicente

Longtemps ces hautes falaises ont marqué le bout du monde occidental. À l’âge d’or de la navigation portugaise, les marins disaient ici adieu à leur pays, quelque peu nerveux à l’idée de mettre le cap sur l’inconnu. Qui sait ? le fantôme de Vasco de Gama n’est peut-être pas loin ! Plus prosaïquement, une forteresse et un phare marquent aujourd’hui cette extrémité sud-ouest de l’Europe, et un nouveau musée apporte un éclairage ingénieux sur l’histoire de la navigation maritime portugaise.

Le Douro à savourer

Détentrices de l’appellation viticole la plus ancienne au monde, les sublimes terres du Haut-Douro (Alto Douro) produisent depuis des siècles des vins goûteux. Plantées de ceps noueux, les terrasses abruptes des vignobles descendent jusqu’aux méandres du majestueux Douro. Que l’on y accède en voiture par de merveilleuses petites routes, par le bateau comme par le train au départ de Porto, la région invite à la randonnée, à l’excursion fluviale et, bien sûr, aux dégustations. Les occasions ne manquent pas tant pour le voyageur de passage que pour l’hôte en séjour sur l’un des domaines.

Le fado

Né au XVIIIe siècle dans les quartiers populaires de Lisbonne, le fado reste malgré son grand âge un art bien vivant partout, au restaurant du coin comme dans la plus prestigieuse salle de concert. La tonalité mélancolique d’une voix prenante et d’une guitarra portugaise à 12 cordes fait monter les larmes aux yeux. Amours déçues, illusions perdues, jeunesse révolue… l’émotion authentique compte souvent plus que les paroles, en sorte qu’il n’est pas nécessaire de parler portugais pour être bouleversé par les grands fadistas.

Ilha de Tavira

Pour qui aime les bains de soleil, les plaisirs de la plage et la nature (voire le naturisme), l’île de Tavira déroule ses étendues de sable blond à perte de vue. Outre un train miniature, des restaurants animés et un camping, cette île sablonneuse abrite sa plage nudiste. Partie intégrante du Parque Natural da Ria Formosa, l’Ilha de Tavira reste un petit coin de paradis en dehors de la haute saison (juillet-août) où elle est prise d’assaut.

Le Parque Natural da Ria Formosa

Le long des côtes de l’Algarve court sur 60 km une zone lagunaire faite de sapais (marécages), de salinas (marais salants), de criques et d’îles dunaires. Soit pas moins de 18 000 hectares d’étendues vierges accessibles de différents points par bateau ou à pied le long du sentier nature, selon vos préférences : gagner rapidement une île déserte ou cheminer avec mille et une espèces d’oiseaux aquatiques pour compagnons.

Mégalithisme

La taille, l’orientation, la mise en œuvre de ces énormes pierres suscitent encore bien des questionnements. Et l’admiration devant ce nombre impressionnant de mégalithes dressés aux alentours d’Évora. Comment les hommes du néolithique et de l’âge du bronze ont-ils fait pour acheminer et dresser ces imposants monuments de pierre ? Outre le rôle funéraire de certaines de ces pierres dressées, quels rites ont pu susciter des aménagements complexes comme ce spectaculaire cercle de pierres appelé cromlech ?

Castelo de Vide

Telle une sentinelle aux aguets, l’œil rivé sur la campagne vallonnée à ses pieds, le discret village de Castelo de Vide est tout proche à vol d’oiseau du beau hameau médiéval de Marvão. Le vaste panorama offert, les maisons d’un blanc éclatant, les ruelles fleuries et le château au sommet ajoutent encore à l’intérêt historique que présentent l’ancien quartier juif et sa minuscule synagogue (devenue musée). Une eau minérale cristalline jaillit des fontaines, symbole du bain de jouvence que procure le monde bucolique alentour.

Séjour princier

Dotées d’une ambiance et d’une histoire à mille lieues des hôtels de charme et autres complexes balnéaires luxueux, les pousadas, gérées par l’État, comptent une quarantaine d’adresses de rêve à travers tout le pays, autant de châteaux séculaires, de monastères chargés d’histoire et de majestueux manoirs. Le temps d’une nuit ou plus, dans une chambre à l’opulence d’antan, vous dormirez tel un grand du Portugal et au matin, tirant les tentures, contemplerez les vignobles, les sommets escarpés ou le scintillement des flots.

Tomar

Classés au patrimoine mondial de l’humanité, ces édifices chrétiens comptent parmi les trésors nationaux du Portugal. Chacun a son style et sa magie. Le monastère de Batalha (à gauche) doit sa célébrité à la fantaisie de ses décors manuélins. Quant aux moines d’Alcobaça, ils pouvaient faire bombance grâce à un ingénieux canal qui menait les poissons piégés dans la rivière jusque dans leur cuisine. À Tomar, une aura de mystère entoure le Convento de Cristo, son dédale de cours et la rotonde octogonale de son église entourée d’un mur à seize pans, une symbolique toute templière.

Le Parque Natural da Serra da Estrela

Les plus hauts sommets du Portugal réunissent trois avantages pour le promeneur : des paysages accidentés bien sûr, l’aventure au grand air, mais aussi l’occasion de croiser des modes de vie appelés à disparaître. À Torre, point culminant du pays (hissé artificiellement à 2 000 m par un monument de pierre peu discret…), vous pourrez dévaler l’unique piste de ski du Portugal. Les randonneurs ont plus de choix, avec tout un réseau de sentiers dans des panoramas magnifiques. Sans oublier ces tout jeunes chiens de berger gambadant gaiement au bord des routes et que l’on meurt d’envie de câliner !

Les villages des Beiras

Murs de schiste accrochés aux pentes des collines en terrasse, sentinelles de pierre hérissées de tours face à l’envahisseur maure ou espagnol, la pittoresque terre des Beiras reflète bien des aléas de l’histoire portugaise. Si, aujourd’hui, tous ces hameaux, villages ou bourgs tels que Piódão, Trancoso, Sortelha, Monsanto, Idanha-a-Velha… tendent à se dépeupler, ils restent à l’abri du tourisme de masse, donc authentiques. Faites votre choix et concoctez-vous un parfait petit circuit routier ou, mieux, enfilez vos chaussures de marche pour découvrir ces villages au pas des pèlerins.

Braga les festivités

Le Portugal est toujours à la fête. À Braga, les processions pascales attirent la foule. Mi-juin, la capitale réunit pour la Festa de Santo António tous les amoureux prêts à déclarer leur flamme à leur élu(e). En août, à Viana do Castelo, c’est la Romaria de Nossa Senhora da Agonia. L’hiver, les jeunes hommes célibataires de Trás-os-Montes courent les rues de leurs villages masqués et vêtus de haillons pour la Festa dos Rapazes.

Délices de la mer

Peuple de marins, les Portugais en connaissent un rayon sur la cuisine du poisson. Découvrez les richesses du littoral dans des plats comme la caldeirada de peixe (ragoût de poissons avec tomates, pommes de terre et riz), l’açorda de camarões (soupe à base de crevettes, d’ail, de coriandre et de mie de pain), la cataplana (ragoût de fruits de mer préparé au vin, à l’ail et à la tomate) ou l’ensopado de enguias (soupe d’anguilles). À moins que vous ne préfériez-vous régaler en toute simplicité de sardines grillées, en direct de la mer au grill ! Ci-contre, une caldeirada.

Coimbra

Illustre cité de la connaissance, la belle Coimbra grimpe du Rio Mondego jusqu’aux murs de la ville haute du Moyen Âge et à sa célèbre université parmi les plus anciennes d’Europe. Les capes noires de ses étudiants virevoltent de ruelle en ruelle, tandis que les fadistas se déplacent tranquillement d’un endroit à l’autre pour un concert improvisé sous l’arc mauresque ou devant les vitraux du Café Santa Cruz. Pour les petits, l’histoire architecturale du pays se découvre en s’amusant au parc miniature du Portugal dos Pequenitos, tandis que les plus grands rejoignent avec bonheur la ferveur des nuits estudiantines dans la ville haute ou bien les nouveaux bars et restaurants du parc le long du fleuve.

Óbidos

En toute saison, déambuler dans le labyrinthe de ruelles et de maisons blanches d’Óbidos apporte une joie véritable dont les fêtes de la ville sauront faire une expérience inattendue. Que ce soit pour assister à une joute ou escalader les murs d’enceinte du château lors du marché médiéval, tenter de repérer le nouveau Pavarotti au Festival de Ópera ou plus prosaïquement déguster du chocolat au Festival Internacional do Chocolate, difficile d’imaginer cadre plus enchanteur.

L’art des azulejos

C’est tout simplement dans la rue que l’on découvre ces chefs-d’œuvre de l’art portugais, généreusement offerts aux regards des passants. D’origine mauresque, l’azulejo (carreau de céramique peint à la main) est devenu au fil des siècles un véritable symbole du Portugal. C’est la vie au sens large que décrivent ces fresques peintes sur céramique qui ornent la gare ferroviaire et les églises de Porto. Couverte de façades revêtues d’azulejos, Lisbonne a de quoi faire tourner la tête, à commencer par le Museu Nacional do Azulejo dont certains trésors remontent à quatre siècles.

Les gravures paléolithiques de la vallée du Côa

Allez à Vila Nova de Foz Côa par une nuit de pleine lune : cette prodigieuse galerie d’art pariétal à ciel ouvert est un incontournable. Découvertes par des archéologues dans les années 1990 et désormais classées au patrimoine mondial de l’Unesco, des centaines de gravures sur le schiste ont bien failli être englouties par la construction d’un barrage. Trois zones du parc sont accessibles sous la conduite de guides. Au printemps, les arbres en fleurs ne font qu’ajouter à la beauté du site.

Douceurs

Délice emblématique du Portugal, le pastel de nata (sorte de flan) au croustillant feuilleté empli de crème saupoudrée de cannelle est une irrésistible tentation dans toutes les pâtisseries du pays. C’est à Belém que vous dégusterez les meilleurs, encore tout chauds. Au pays de la tentation sucrée, les spécialités régionales comptent bien d’autres appâts, des pâtes d’amande de l’Algarve aux succulents travesseiros de Sintra, à l’amande et aux œufs, en passant par les queijadas (sortes de cheesecake) de Serpa.

Braga la monumentale

Dynamique cité universitaire aux festivités endiablées et à la table renommée, elle n’en reste pas moins la capitale architecturale du Portugal historique. Outre ses remarquables édifices religieux du XIIe siècle (à gauche, la cathédrale) et du XIVe, Braga possède deux ensembles de vestiges romains, des places du XVIIe et un palais XVIIIe (musée). Sans oublier l’escalier baroque à double volée du sanctuaire, l’Escadaria do Bom Jesus, gravi toute l’année par les pèlerins venus déposer leurs offrandes aux autels qui jalonnent le parcours des pénitents.

Le marché de Barcelos

Le Minho est réputé pour ses immenses marchés de plein air. Le plus grand et le plus ancien, la Feira de Barcelos, se tient le jeudi sur les rives du Rio Cávado. Les fameuses louças (poteries) du vieux bourg et les figurines de terre dans le style si particulier de Rosa Ramalho ont la faveur des touristes. Les villageois leur préfèrent poulets, tissus brodés main, vanneries et jougs de bœuf sculptés.

Viana do Castelo

Comment ne pas tomber sous le charme de ce joyau de la Costa Verde ? Les vagues s’offrent ici à tous, à chevaucher du regard depuis le sommet du Monte de Santa Luzia, ou de plus près sur un kitesurf le long de la Praia de Cabedelo. Grandes artères ombragées du XIXe siècle ou ruelles bordées de demeures manuélines et de palais rococo, il émane incontestablement une atmosphère raffinée de la vieille ville. Le quartier des pêcheurs est le royaume de la cuisine de la mer et, le soir tombé, les nuits s’électrisent le long de ses rues pavées, au rythme du monde estudiantin.

Le Parque Nacional da Peneda-Gerês

Escarpé et sauvage, le parc le plus septentrional du Portugal englobe d’imposants sommets, des cours d’eau sinueux et d’ondoyants reliefs. Ses villages de pierre n’ont guère changé au fil des siècles et des loups rôdent encore dans les zones les plus isolées. Comme souvent, c’est à pied que l’on apprécie ici toute la grandeur de la nature : une bonne dizaine de sentiers de randonnée escaladent les pics, rejoignent des voies romaines, conduisent aux ruines d’un château ou à des chutes d’eau.

Si vous restez :

deux à trois semaines

L’avantage de ce circuit inoubliable le long de la côte atlantique est de conjuguer les atouts de la scène maritime et les riches témoignages du passé, cités historiques et sites classés au patrimoine mondial de l’humanité. Commencez par Porto, la capitale des vins, située à l’embouchure du Douro. Deux journées pour explorer le centre historique, les musées et les parcs et jardins, autorisent un petit saut rafraîchissant à la plage voisine à Foz do Douro. Le troisième jour, changez d’atmosphère en rejoignant au nord la station balnéaire favorite des citadins, Vila do Conde. Puis filez au sud sur Aveiro dont les canaux pittoresques se visitent à bord d’un moliceiro (bateau traditionnel à la proue recourbée). De là un bus et un ferry permettent d’aller admirer les oiseaux à la réserve naturelle das Dunas de São Jacinto (postes d’observation). Prochaine étape : Figueira da Foz, célèbre station pour ses spots de surf, sa vie nocturne et ses longues étendues de sable bondées, sauf si l’on s’écarte un peu de la ville. Après une bonne journée de plage, rien n’empêche de s’évader à l’intérieur des terres jusqu’à l’imposant château de Montemor-o-Velho, si haut perché. En longeant le littoral vers le sud, on atteint ensuite Nazaré. Outre le plaisir de sauter dans les vagues, de prendre le funiculaire jusqu’au promontoire sur la falaise et de déguster une fine cuisine maritime, cette station balnéaire constitue un excellent port d’attache pour explorer les monastères d’Alcobaça et de Batalha que leur architecture inédite a fait inscrire au patrimoine mondial de l’Unesco. Plus au sud encore, la cité médiévale d’Óbidos abrite au détour de ses ruelles pavées quelques auberges renommées. En obliquant à l’ouest, vous rejoindrez la côte à Peniche, appréciée pour ses plages, notamment dans l’île toute proche de Baleal au village pittoresque. Si vous le souhaitez, vous pouvez même gagner par bateau la lointaine et rocailleuse île de Berlenga Grande et y passer la nuit (après réservation). Continuez au sud et se profile au sommet de falaises de grès le village blanchi à la chaux d’Ericeira. Explorez les plages, savourez poissons et fruits de mer, avant de poursuivre jusqu’à la cité de Sintra, tout droit sortie d’un conte de fées. Ses charmantes pensions invitent à s’attarder pour la nuit. La prochaine étape est le joli village de Cascais que sillonnent d’étroites allées piétonnières au milieu des jardins et des restaurants et bars en plein air. Un sentier longe la côte sur 9 km, menant à une splendide plage balayée par les vents : Praia do Guincho. Terminez votre parcours par Lisbonne dont les charmes multiples et l’activité vibrante méritent qu’on y séjourne plusieurs jours.

Deux semaines,
De Lisbonne à Porto : les incontournables

Le grand voyage portugais démarre à Lisbonne. Prenez 3 jour pour apprécier le charme des quartiers, les cafés, les restaurants, le fado et la fête nocturne. Sautez dans le tram qui grimpe jusqu’au château perché sur la colline, pour le panorama, puis les musées et les sites historiques. Le quatrième jour, découvrez les palais cachés au milieu des bois à Sintra. Deux journées suffisent ensuite pour explorer la fascinante Évora et les mégalithes des alentours. De là, mettez le cap au sud jusqu’à la paisible Tavira, une des plus jolies villes de l’Algarve, avant de rejoindre Lagos et de profiter des joies de la plage et de ses fameuses fêtes nocturnes. Reprenez alors la route de Lisbonne, en faisant étape sur la côte à Vila Nova de Milfontes. Au nord de la capitale, un arrêt s’impose à Tomar pour visiter le surprenant Convento do Cristo avant de gagner la prestigieuse ville universitaire de Coimbra. Histoire de vivre un peu la nuit estudiantine et de flâner dans les vieux quartiers. En finissant par Porto, vous mesurerez combien elle rivalise avec Lisbonne. Sa richesse architecturale impose que l’on consacre un jour entier au quartier médiéval de Ribeira avant de traverser le fleuve jusqu’à Vila Nova de Gaia, royaume des amateurs de porto.

Deux semaines,
Parcours dans le Minho et le Trás-os-Montes

Ces régions du Nord réservent au visiteur la joie de l’authentique, tant dans la vie villageoise que dans la nature préservée de ses parcs nationaux. Les marchés y sont pittoresques et les fêtes, les plus traditionnelles du pays. De Porto, longez la côte jusqu’à la station balnéaire de Viana do Castelo, également accessible par ferry depuis les plus belles plages du nord. Aventurez-vous jusqu’aux forteresses frontalières de Valença do Minho et à la cité fortifiée de Monção, magnifiquement perchées sur les hauteurs du Rio Minho.

Ensuite, cap au sud vers la charmante bourgade de Ponte de Lima, réputée pour son pont romain et ses jardins en bordure du Rio Lima. Préparez ici un petit ravitaillement avant de rejoindre le village de pierre isolé de Soajo, point de départ pour des randonnées montagnardes dans un cadre totalement protégé. Plus vaste, le parc national da Peneda-Gerês protège de multiples écosystèmes, offrant aux amoureux d’une nature intacte mille et une possibilités. Par exemple, à l’extrémité nord du parc, parcourir sans rencontrer grand monde la Serra da Peneda dont les forêts de basse altitude révèlent des reliefs formés à l’ère glacière. Entamez ensuite une boucle vers l’est en direction de la ville thermale de Vila do Gerês, la région permettant de pratiquer le canyoning, comme la marche ou le VTT.

Plus à l’est, le pont romain de Chaves atteste de ces lointaines racines dont témoigne son centre historique. Faites halte pour la nuit à Bragança, berceau de la famille royale portugaise comme le rappelle la citadelle du XIIe siècle. Non loin, le parc naturel de Montesinho protège les vieux villages de pierre et les riches forêts de cette rude terre frontalière.

Continuez votre boucle vers le sud, en passant par la délicate Mirandela avant de gagner à l’ouest le parc naturel do Alvão. Les villages de schiste de ces hautes terres balayées par le vent et semées de cascades révèlent un mode de vie traditionnel resté bien visible.

Plus à l’ouest, Amarante, au célèbre monastère et aux non moins fameuses pâtisseries, se niche dans un méandre. Remontez vers le nord par Guimarães, creuset du royaume portugais. La fière cité enserre un cœur médieval parfaitement préservé. Non loin, la Citânia de Briteiros témoigne de la présence de ruines celtiques.

Enfin, n’oubliez pas la belle cité de Braga, connue pour ses églises baroques et ses places fleuries. Sur les hauteurs, le sanctuaire de Bom Jesus do Monte offre une vue enchanteresse. Le jeudi, faites un saut jusqu’au fameux marché hebdomadaire de Barcelos.

Une à deux semaines,
Exploration des Beiras

Les Beiras laissent sous le charme par la fraîcheur de leurs paysages et l’audace architecturale des châteaux accrochés aux falaises. Coimbra et son histoire constituent la première étape qui peut se compléter d’une journée aux ruines romaines de Conimbriga, ainsi que d’une excursion jusqu’à la forêt deBuçaco et au palais royal de Luso, ville thermale. De retour à Coimbra, prenez à l’est la direction du vieux village de pierre de Piódão pour vous y reposer une nuit.

Plus au nord, le parc naturel da Serra da Estrela abrite laTorre, point culminant du Portugal. Le parc est un lieu de randonnée apprécié. Il est pratique de se baser à Manteigaspour explorer les sources chaudes et le massif forestier, ou encore découvrir au nord les villages perchés de Linhares et de Folgosinho. Un peu plus à l’est, Belmonte, bourg d’altitude, domine la Serra da Estrela.

Quittez progressivement les hauteurs en passant par la ville deGuarda, puis faites un détour au nord par la cité médiévale deTrancoso. De retour à Guarda, obliquez au nord-est en direction de la place forte d’Almeida. Concluez votre itinéraire par le sud et la forteresse perchée de Sortelha. Plus au sud encore le rêve se poursuit dans un village de conte de fées,Monsanto, et chez son voisin aux racines romaines et wisigothes, Idanha-a-Velha.

Une semaine,
Les vins du Douro

Les œnophiles seront à la fête avec cet itinéraire à travers la vallée du Douro, principale zone viticole du pays. Porto est la porte d’accès à cette région connue du monde entier pour son vinho do porto. Sur la rive opposée de la ville, l’historique Vila Nova de Gaiaest réputée pour ses chais, où l’on peut déguster d’innombrables crus.

En suivant le cours du Douro vers l’est, faites un détour au nord jusqu’au monastère d’Amarante, célèbre pour ses pâtisseries et ses berges pittoresques. Longez ensuite le fleuve jusqu’à Peso da Régua, au cœur du vignoble. Les crus à déguster ne manquent pas jusqu’à Pinhão, agréable port d’attache au milieu des vignobles, le temps de sillonner quelques jours la région. Il offre un hébergement de charme et une cuisine de qualité. On s’en échappera une journée, pour filer à travers les amenderaies par la voie ferroviaire à écartement étroit qui va de Tua à Mirandela.

À l’est de Pinhão, un pittoresque itinéraire montagneux mène à Vila Nova de Foz Côaet à ses désormais célèbres sites de gravures pariétales datées du paléolithique. Avant le retour à Porto, faites une halte gastronomique à Lamego, terroir d’un des meilleurs vins mousseux du Portugal.

 

Les vins du Portugal

La culture de la vigne au Portugal remonte à l’antiquité. C’est le négoce avec les phéniciens et les carthaginois qui l’apporte. Les influences romaines et grecques sont très présentent dans le choix des terroirs et des cépages. Toutefois, au Moyen Age le commerce avec l’Angleterre marquera profondément les vins du Portugal et tout particulièrement le Madère et le Porto.

Le Portugal a une réglementation calquée sur la réglementation européenne et on y trouve les types d’appellations suivants :
– Denominação de Origem Controlada (DOC),
– Indicação de Proveniência Regulamentada (IPR)
– Vinhos regionais (VR)
Contrairement ce n’est pas la France qui à inventé les appellations d’origine contrôlée mais la Toscane, la Hongrie et le Portugal avec le Porto entre le XVIe et le XVIIIe siècle. Aujourd’hui, le Portugal, surtout connu pour le Porto et le Madère, compte 27 appellations (appelées DOC) et le Porto ne compte que pour 47% de la production de la région du Douro.

Régions (Vins du Portugal) Les principales régions de production sont :
L’Estremadura (Bucelas, Colares, Carcavelos,Lourinhã, Obidos, Torres Vedras, Alenquer, Arruda.)
Le Douro ( Vinho Verde)
Le Minho
L’Alentejo
Les Terras do Sado (Setubal, Palmela)
Beiras (Dão, Bairrada, Pinhel, Tavora-Varosa, Lafões, Beira Interior)
Bairrada
Dao.
Sans oublier l’île de Madère et les Açores.

Le vignoble au Portugal est le huitième au niveau mondial et le quatrième en Europe. Il représente une superficie de 248 000 Hectares. Ce vignoble est principalement situé dans le nord et le centre du pays
On y trouve une très grande richesse de cépages tant en rouges qu’en blancs, dans zone de production du Porto on trouve jusqu’à 80 cépages différents. Toutefois les cépages rouges les plus fréquent sont :
– le touriga nacional,
– le tinta roriz,
– le touriga francesa
– tinto cão.
Pour les cépages blancs
– l’alvarinho,
– l’azal branco
– l’avesso, entre dans la composition du vinho verde et le verdelho branco,
– le bual et la malvoisie pour la production du le vin de Madère.

Une part de plus en plus importante de la production est exportée (2 850 000 d’hectolitres). Les principaux pays importateurs sont la France, l’Angola, le Royaume Uni, les USA et la Belgique.

 

Region de l’Estremadura

L’estremadura est un vin dont le terroir viticole s’étend sur toute l’Estremadura. Alors que les terroirs de Beiras et Alentejo sont les plus vastes géographiquement, celui de l’Estremadura est le plus gros producteur en volume de vin. La région s’étend de Lisbonne le long de l’Atlantique et jusqu’à l’appellation Bairrada. L’encépagement est à base d’Alfrocherio preto, Antao Vaz, Arinto, Baga, Bastardo, Borrado das Moscas,Cabernet Sauvignon, Camarate, Chardonnay, Esgana cao, Fernão Pires, Graciano, Jampal, Malvasia, Moreto, Castelão, Rabo de Ovelha, Ramisco, Tamarez, Tinta amarela, Trincadeira das Pratas, Ugni blanc etVital.

D’autre part, il existe en Estremadura 9 grandes régions viticoles : Bucelas, Carcavelos, Colares, Alenquer, Arruda, Óbidos, Torres Vedras, Encostas de Aire et Cartaxo.

Region du Douro

La région du Douro est l’une des régions viticoles les plus étonnantes et beaucoup s’accordent à penser que c’est la plus belle région viticole au monde. Elle s’étend de la frontière espagnole jusqu’à 80 km en aval de la ville de Porto qu’elle traverse. L’escarpement du vignoble rend impossible le travail au tracteur, même à la mule. Le sol est composé d’une faible couche de terre qui recouvre une base constituée de schiste, d’ardoise et de granit. Le climat est dominé par la présence de l’Océan Atlantique mais l’humidité est atténuée par les collines de la Serra Marão qui forme un écran protecteur. Les étés sont chauds et les hivers peu rigoureux.

Les vignobles sont plantés majoritairement en terrasses soutenues par des murs de pierres. Les replantations du vignoble se font majoritairement avec des terrasses plus larges, non soutenues par la pierre, appelées Patamere et qui permettent la mécanisation du travail de la vigne. D’autres y préfèrent un système de replantation du vignoble qui épouse l’inclinaison des versants. Ce système est appelé Vina Ao Alto.

Dow’s Vintage, millésime 2011  

Le « Wine Spectator Magazine » a considéré que le vin Dow’s Vintage, millésime 2011, est le meilleur vin produit en 2014. En quatrième et troisième positions se hissent deux autres vins du Douro, le Chryseia (2011) et le Quinta do Vale Meão (2011) respectivement.

 

La vallée du fleuve Douro est un endroit éblouissant, où les magnifiques vignobles dévalent les pentes abruptes en une cascade d’espaliers rocheux, gorgés de raisins du terroir. C’est dans le paisible village de Pinhão, patrie du porto, que les vignerons produisent le Dow’s Vintage. Le cru de 2011 s’est mérité 99 points au tableau duWine Spectator Magazine. Il est nommé meilleur cru de 2014. En 2011, ce vin de Porto s’est hissé à un niveau de qualité extraordinaire, considéré par certains comme le meilleur porto des 50 dernières années. Le porto de ce millésime le mieux noté est le Dow’s Vintage. Selon Wine Spectator Magazine, « [ce cru] se dresse comme un monument témoin de la qualité et de la modernisation du Douro. Subtilement onctueux, le Dow 2011 prodigue un relief abondant. Son jeu entre sa teneur en alcool et en tanins constitue une condition préalable à une longue vie. »

La famille Symington est la plus grande propriétaire foncière du Douro. Dans la région, elle fait référence avec ses quelques 2 400 acres sur lesquels se répartissent 26 quintas. La fermentation du Dow lui confère une touche plus sèche que les autres portos Symington. La faible présence de sucre résiduel et de tanins rustiques complimente le concentré d’arômes de fruits noirs, de chocolat et d’épices. Vous êtes emporté dans une finale en bouche presque sans fin.

En troisième position de l’une des plus prestigieuses listes de vin au monde figure le vin rouge Chryseia du cru 2011, avec 97 points, soit la meilleure note remportée jusqu’ici. Ce vin marie deux cépages du terroir, Touriga Nacional et Touriga Franca, provenant des vignobles de Quinta de Roriz et de Quinta da Perdiz. Selon Wine Spectator Magazine, « le Chryseia est un vin rouge élégant et monolithique, pur et puissant, qui laisse deviner un soupçon de la luxuriance de la prune rouge, de la framboise et de la groseille noire. On détecte aussi des notes d’olive noire et de chocolat pâtissier, que vient renforcer le relief des tanins. »

Du même cru, le vin Quinta do Vale do Meão s’est distingué en quatrième place avec 97 points. Le mélange de raisins portugais locaux Touriga Nacional, Touriga Franca, Tinta Barroca et Tinta Roriz a donné naissance à un vin vraiment remarquable. Le vinificateur, Francisco Olazabal, a appliqué des techniques de vinification à la fois traditionnelles et modernes. Le Wine Spectator Magazine juge ce vin : « Un vin rouge luxuriant, séducteur, débordant d’une abondance de saveurs de fruits noirs et de kirsch. »

Region de Minho

Le minho couvre le même terroir viticole que le vinho verde. Ses vins sont presque identiques à l’exception de cépages étrangers qui sont exclus de la Denominação de Origem Controlada. L’encépagement est composé de : Alvarinho, Arinto, Avesso, Azal blanc, Azal rouge, Batoca, Borracal, Brancelho, Cabernet Sauvignon, Chardonnay,Espadeiro, Loureiro, Merlot, Padreiro de Basto, Pedral, Rabo de Ovelha, Riesling, Trajadura et Vinhão.

Le vignoble couvre les districts de Viana do Castelo et de Braga, les concelhos de Ribeira de Pena et Mondim de Basto, le district de Vila Real, les concelhos de Santo Tirso,Vila do Conde, Póvoa de Varzim, Maia, Matosinhos, Gondomar, Valongo, Paredes, Paços de Ferreira, Lousada, Felgueiras, Penafiel, Amarante,Marco de Canaveses et Baião, le district de Porto, les concelhos de Castelo de Paiva, Vale de Cambra et Arouca, le district d’Aveiro, les concelhos de Resende et Cinfães (à l’exception de la ville de Barra), le district de Viseu, la freguesia de Ossela et le concelho de Oliveira de Azemeis.

Region de l’Alentejo

Vaste région située au sud du Portugal, l’Alentejo est propice à la production de très bons vins dont la qualité n’a cessé de croître ces dernières années. Les plaines de cette région située entre le Tage et l’Algarve sont peuplées de vastes vignobles, favorisés par de bonnes conditions climatiques : les influences océaniques dominent. Pendant des siècles, le seul lien de l’Alentejo avec le vin fut le liège. Environ la moitié de la production du liège provenait du Portugal. Le sud du Portugal essuya durement la révolution militaire qui frappa le gouvernement de Lisbonne de 1974 à 1975. Les travailleurs locaux prirent alors possession des vignobles, seulement les faillites étaient la plupart du temps inéluctables. De ce fait, de nombreux vignobles privilégièrent la quantité à la qualité. Néanmoins, grâce à d’irréductibles viticulteurs passionnés, on vit réapparaître de grands vignobles de qualité au début des années 1990.

Terras do Sado

Les Terras do Sado sont un vin produit dans la région de Sado. Avec le muscat de Setúbal au nord-ouest et l’océan Atlantique à l’ouest, ce terroir viticole est presque entièrement entouré par celui de l’Alentejo.

Les vins rouges produits doivent contenir un mélange de cépages d’au moins 50 % d’tinta roriz, cabernet sauvignon, merlot, moscatel roxo, castelão, tinta amarela et touriga nacional. Les 50 % restants peuvent inclure alfrocheiro preto, alicante bouschet, bastardo, carignan, grand noir, monvedro, moreto et tinta miuda. Les vins blancs doivent contenir au moins 50 % d’arinto, chardonnay, fernão pires, malvasia fina, muscat d’Alexandrie et roupeiro. Les 50 % restants peuvent inclure antão vaz, esgana cao,sauvignon blanc, rabo de ovelha, trincadeira das pratas et ugni blanc.

Beira interior

Le beira interior est un vin produit dans les vignobles de la Beira intérieure, sur les terroirs de Figueira de Castelo Rodrigo, Cova da Beira et Pinhel. Ces vins sont rouges, rosés, blancs, clairet, paillés et mousseux. La production de vin date de la colonisation romaine puis connu un nouvel essor à partir du xiiie siècle avec les moines cisterciens.

Bairrada

Le bairrada est un vin dont le vignoble est situé dans le centre-ouest du pays et produit dans le terroir viticole de Bairrada, qui couvre les concelhos d’Anadia, Mealhada, Oliveira do Bairro et une partie de ceux d’Águeda, Aveiro, Cantanhede, Coimbra et Vagos. Ses vins peuvent être blanc, rouge, rosé et mousseux. Les cépages, pour les rouges et les rosés sont Alfrocheiro, Baga, Camarate, Castelão, Jaen et Touriga nacional. Les vins blancs et mousseux assemblent Arinto (Pedernã), Bical, Cercial, Chardonnay, Fernão Pires, Rabo de Ovelha, Pinot blanc, Sauvignon, Sercealinho et Verdelho blanc.

Region de Dão

Le dão est un vin produit dans le terroir viticole du Dão, dans la province de Beira Alta, au centre du Portugal. Cette région est proche de la Serra da Estrela et se caractérise par des collines escarpées.

Cette appellation a été reconnue en 1908. Elle produit des vins rouges puissants à haute teneur en alcool. Son vignoble s’étende sur près de 20 000 hectares sur les districts de :

  • Coimbra : Arganil Oliveira do Hospital Tábua
  • Guarda : Aguiar da Beira Fornos de Algodres Gouveia et Seia
  • Viseu : Carregal do Sal Mangualde Mortágua Nelas Penalva do Castelo, Santa Comba Dão Sátão Tondela et de Viseu (en partie).

Les cépages les plus utilisés sont : Touriga nacional, Tinta roriz, Mencia, Alfrocheiro preto et Encruzado.

L’île de Madère

L’île de Madère est un producteur de vin depuis des siècles. Les vignes sont situées entre 0 et 800 m d’altitude. On trouve aussi bien du raisin rouge que du raisin blanc, tous travaillés pour donner un vin de couleur orangée, le Madère.L’île produit des liquoreux titrant 18 à 20%vol, qui peuvent être secs (Sercial), demi-secs (Verdelho), demi-doux (Boal), ou doux (Malvasia), en général obtenus par le système de solera. Les vins de Madère sont doux. Le jus des raisins est « moelleux » par ajout d’alcool et très acide, ce qui permet sa conservation plus de 100 ans.

Les grandes dates de l’histoire du Portugal

LES GRANDES DATES
DE L’HISTOIRE DU PORTUGAL

Les origines

- 9e-15e (av. J. C.) : L’odyssée des premiers peuples
Installation du peuple celtibère dans la péninsule. Des marchands grecs et phéniciens établissent ensuite des colonies.

- 14e (av. J.C.) : Fondation du port enchanteur « Olissipo »
Ulysse aurait fondé la ville de Lisbonne appelée alors « Olissipo » le port enchanteur.

- 130 (av. J .C) : Conquête romaine
Lutte violente entre Romains et Lusitaniens – le groupe local le plus important. Le pays reçoit le nom de Lusitanie. Les vestiges de la présence romaine sont conservés dans certaines régions et villes.

- 60 (av. J. C) : « Olissipo » la ville majeure de la Lusitanie
Jules César fait d’Olissipo une ville majeure de la province de Lusitanie.

- IVe siècle : Fondation des évêchés à Braga et à Evora
La chrétienté se diffuse dans l’Empire romain. Des évêchés sont fondés à Braga et Evora.

- 711 : Occupation des Maures
Les Maures occupent la péninsule ibérique.
Le Portugal garde encore aujourd’hui des traces visibles des cinq siècles d’occupation maure que ce soit dans l’architecture de nombreux bâtiments, les ruelles sinueuses des villes et des villages d’Algarve, les pâtisseries à base de figues, d’amandes, d’œufs et de sucre, ou encore par l’art des Azulejos..

- 718 : Victoire des Chrétiens sur les Maures et début de la Reconquête
Victoire des Chrétiens sur les Maures à Cavadonga (Asturies) et début de la Reconquête.

Reconquête et Indépendance

- 1143 : Naissance du royaume de « Portucale »
Le Comte Afonso Henriques établit le royaume du Portugal par le Traité de Zamora et devient ainsi son premier roi.

- 1249 : Portugal établit ses frontières, les plus vieilles du monde !Le Portugal est le plus vieux État-Nation du monde à frontières constantes. En 1249, Alphonse III reprend l’Algarve aux maures et donne au Portugal ses frontières actuelles.

L’Age des découvertes

- 1415-27 : Début des grandes découvertes Henri le Navigateur aussi appelé « Prince de Sagres », lance les expéditions de découverte en Afrique, à Madère et aux Açores. Il créé en 1431 l’école de Sagres, une institution de formation des navigateurs. On y étudie la navigation mais aussi la géographie et l’astronomie. Ainsi, dès 1416, une expédition démarre chaque année.

- 1494 : Le Traité de Tordesillas, le partage du « nouveau monde » Le Portugal et l’Espagne signent le Traité de Tordesillas, par lequel ils se partagent le « nouveau monde » à découvrir à l’ouest de l’Afrique.

- 1498 : Découverte de la Route Maritime des Indes Vasco de Gama découvre la route maritime de l’Inde et établit des comptoirs, annonçant ainsi l’expansion commerciale du Portugal.
- 1500 : Découverte du Brésil Pedro Alvares Cabral découvre le Brésil.

- 1580 : Le Portugal annexé à L’Espagne Dynastie des Habsbourg : Felipe II d’Espagne annexe le Portugal à l’Espagne et en devient le roi.

- 1640 : Restauration de l’Indépendance Restauration de l’indépendance du Portugal, après 60 ans d’occupation espagnole.

- XIXe siècle : Conquêtes coloniales en Afrique Alors que le Brésil devient indépendant (1822), le Portugal développe ses colonies en Afrique (Angola, Mozambique, Cap-Vert, Guinée et Sao Tomé et Principe).

- 1910 : Abolition de la Monarchie Abolition de la Monarchie et la proclamation de la République, séparation entre l’Eglise et l’Etat. Les hommes du mouvement sont tous issus de l’élite des grandes villes et sont membres de la franc-maçonnerie qui a joué un grand rôle dans cette victoire.

- 1926 : Instauration d’une Dictature Une dictature militaire est instaurée au Portugal.

- 1974 : La Révolution des Œillets Fin de la dictature avec la Révolution des Œillets. Les colonies en Afrique et en Asie gagnent ainsi leur indépendance dans les années qui suivent la Révolution.

Le Portugal Contemporain

- 1976 : Adoption d’une Nouvelle Constitution démocratique

- 1986 : L’adhésion du Portugal à la Communauté Européenne Le Portugal entre dans la Communauté économique européenne (CEE) aussi dite « marché commun » de l’Europe des douze.

- 1994 : Lisbonne, capitale européenne de la culture

- 1998 : Lisbonne accueille l’Expo’98 sur le thème « Les Océans, un Patrimoine pour le Futur », thème choisi pour commémorer, au-delà du 500ème anniversaire du voyage de Vasco de Gama, tout ce que l’humanité doit aux océans.

- 2001 : Porto, capitale européenne de la culture

- 2002 : L’adoption de la monnaie unique Le Portugal fait partie des 1ers pays qui adoptent la monnaie unique européenne.

 

Comment recevoir la TV Française au Portugal

Installer sa parabole étape 1 CHOISISSEZ L’EMPLACEMENT DE VOTRE PARABOLE

Pour recevoir le bouquet satellite HD Fransat, vous devez orienter votre parabole vers le satellite Eutelsat 5WA à la position 5° Ouest.

Vous pouvez parfois trouver au Portugal des commerces qui ont des décodeurs FRANSAT à vendre, vérifiez impérativement 2 choses :

1 – que la carte soit de type PC6

2 – que le décodeur soit HD (c’est écrit dessus) le prix d’un décodeur est de moins de 100€ on en trouve sur amazon par exemple …

Pour l’antenne, nous vous conseillons la faire installer par un spécialiste sinon vous pouvez le faire vous même si vous êtes un peu bricoleur.

Choisir un emplacement facile d’accès et dégagé de tout obstacle (arbres, toit, etc.). Votre parabole doit être pointée vers le sud.

Si vous décidez d’installer votre antenne satellite contre un mur de votre maison, veillez à ce que la manœuvre d’orientation de la parabole soit possible. Et si vous devez travailler en hauteur, prenez toutes les précautions nécessaires et faites-vous accompagner.

Assurez-vous de la solidité du support et choisissez les fixations sur lesquelles sera fixée votre antenne satellite en tenant compte du diamètre de l’antenne, de la prise au vent et du poids.

Utilisez un niveau à bulle afin que le mât support soit parfaitement vertical. De même, assurez-vous que le matériel qui supportera la parabole soit positionné à l’horizontale. Enfin, fixez solidement le support dans le mur selon les recommandations du constructeur.

Recevoir la TNT HD par satellite avec Fransat ASSEMBLEZ SOIGNEUSEMENT VOTRE PARABOLE

Suivez la notice d’instructions du fabricant pour assembler au sol: la rotule de fixation ou le moteur de positionnement, puis la parabole, le bras offset et enfin la tête (LNB).

Accrochez votre antenne satellite au support par ses mâchoires de fixation en laissant un minimum de jeu pour son pointage.

Le câble doit être ni trop plié, ni enroulé, ni pincé, ni abimé. Vérifiez bien son intégrité et sa qualité.

Dénudez sur 1 cm la première gaine de protection extérieure, rabattez la tresse métallique en évitant tout contact avec la partie centrale.

Sur cette zone, dénudez sur 0.7 cm la deuxième couche de protection pour faire apparaître l’âme centrale. Vissez ou sertissez la fiche F au câble puis raccordez le câble coaxial à la parabole.

Pour une étanchéité parfaite, recouvrez la prise avec le manchon d’isolation fourni ou appliquez un joint spécifique.

Recevoir la TNT HD par satellite avec Fransat RÉGLEZ VOTRE PARABOLE AVEC PRÉCISION.

Trouver les paramètres d’élévation, d’azimut et de la polarisation, a l’aide de l’application d’aide au pointage « Eutelsat satelite finder » par exemple disponible pour tablette ou smartphone ,

A Mira :

Elevation:43.06,
Azimut 174.27,
polarisation -4.36

En utilisant l’outil de pointage de l’application ou à l’aide d’une boussole, orientez votre parabole vers le sud-ouest à la position 5° Ouest. Puis positionnez-la selon le calcul des trois paramètres d’orientation que sont  l’élévation, l’azimuth et la polarisation. Faites un premier serrage pour bloquer les réglages de votre antenne. Tirez votre câble antenne jusqu’au décodeur satellite. Posez un connecteur F sur l’extrémité du câble puis raccordez-le à votre décodeur satellite.

Reportez-vous au manuel de votre décodeur pour sa première mise en route. Depuis le menu d’installation du décodeur, vérifiez la force et la qualité du signal satellite reçu. Affinez les réglages de votre antenne pour obtenir le maximum de signal et de qualité de réception.

Voilà il n’y as plus qu’a ….

LE RÉSIDENT NON HABITUEL un résident pas comme les autre !

Le Portugal a engagé une politique fiscale novatrice qui vise à favoriser le retour sur son territoire ou l’arrivée sur son territoire de personnes physiques résidentes à l’étranger.

Les personnes physiques qui s’installent au Portugal sont exonérées de toute taxation au titre de l’Impôt sur le Revenu, pour une durée de dix ans, et ce pour des revenus de source étrangère tels les pensions (revenu de type F).

Attention : Il faut pour cela que la personne considérée n’ait pas été résidente au Portugal au cours des 5 dernières années. C’est le régime « RÉSIDENT NON HABITUEL » .

Toutefois, le résident français qui envisage de s’installer au Portugal et de devenir résident fiscal portugais, doit s’intéresser aux implications fiscales les plus évidentes en droit français, de ce changement de résidence, au regard de la convention de non double imposition conclue entre la France et le Portugal du 14 janvier 1971.

Comment

Afin de se qualifier comme résident fiscal non habituel, vous devez:

  • être résident fiscal au Portugal. Est considéré comme résident fiscal au Portugal toutes personnes  qui reste sur le territoire portugais, dans une année donnée de date à date, plus de 183 jours (consécutifs ou intercalaires), ou qui, étant restés moins de temps, ait eu à disposition, en Décembre de la même année, un logement indiquant l’intention le maintenir et de l’occuper comme lieu de résidence habituelle.
  • ne pas avoir été enregistré comme un résident fiscal au Portugal au cours des 5 dernières années précédant l’application du régime: La personne aura juste à déclarer qu’ils n’ont pas, au cours des cinq années précédentes, vérifiés les conditions requises pour devenir un résident sur le territoire portugais.

Ce régime s’applique aussi aux émigrants qui veulent retourner au Portugal.

La personne qui est enregistré comme résident non habituel acquiert le droit d’être taxé comme tel pendant une période de 10 années consécutives à partir de l’année de son enregistrement en tant que résident sur le territoire portugais, et doit remplir les conditions résidence tous les ans.

LES QUESTIONS SOUVENT POSÉES

Qui peut demander l’inscription comme résident non habituel ?

Toute personnes qui remplit les conditions suivantes:

  • Être considéré, au sens fiscal, résident en territoire portugais, conformément aux critères prévus dans le paragraphe 1 de l’art.16 du code de l’IRS (CIRS). C’est l’année demandé lors de la déclaration qui débute l’imposition comme résident non habituel;
  • Ne pas avoir été considéré résident sur le territoire portugais dans les cinq années précédentes la demande d’imposition comme résident habituel.

Quand demander l’inscription comme résident non habituel ?

Il convient de présenter la demande d’inscription comme résident non habituel, après l’inscription comme résident en territoire portugais jusqu’au 31 mars, inclus de l’année suivante à celle de son transfert de résidence sur ce territoire.

Il est indispensable d’obtenir au préalable un numéro d’identification fiscale portugaise (NIF) auprès du centre IRS de votre lieu de résidence. Ce numéro est aussi très utile voir indispensable pour effectuer des achats avec facture ainsi que pour tout échange avec le centre des impôts.

Il est indispensable d’obtenir, auprès de la mairie annexe (freguesia) de votre lieu de résidence, une attestation de résidence.

Il est souhaitable d’ouvrir un compte en banque au Portugal car cela facilite grandement le paiement grâce au système « MultiBanco ».

Il est souhaitable de s’inscrire au  Registre des français à l’étranger – Inscription consulaire (voir ici )

L’inscription à la Sécurité Sociale Portugaise n’est nécessaire que si le résident non habituel gagne un revenu de catégorie A ou B au Portugal (revenu professionnel). Si ce n’est pas le cas les résidents non habituels doivent avoir une assurance maladie valable afin d’assurer la protection santé et accident, ou encore, avoir la carte européenne d’assurance de maladie à jour dans le cas des citoyens européens. (à demander auprès de la sécurité sociale de votre pays d’origine)

Que doit faire le citoyen pour s’inscrire comme résident non habituel ?

En ligne à travers le “Portal das Finanças:

Après s’être inscrit comme résident sur le territoire portugais, la demande se fait sur le « Portal das Finanças » www.portaldasfinancas.gov.pt.
Les identifiant d’accès sont obtenues grâce à l’option “registar-me” en remplissant le formulaire d’adhésion.
Après avoir reçu à votre adresse postale le mot de passe d’accès, la demande sera soumise sur le “Portal das Finanças”:
Serviços Tributários > Cidadãos > Entregar > Pedido > Inscrição Residente Não Habitual,
Les champs concernant la première année souhaitée seront renseignés ainsi que le pays de résidence étranger où le citoyen a vécu la dernière année. Il faudra déclaré posséder les conditions pour être considéré comme non résident sur le territoire portugais durant les cinq années précédant l’année souhaitée pour le début de statut de résident non habituel.

Par courrier (délais de traitement plus long) :

La requête, la déclaration  ainsi que les éventuels documents joints peuvent être envoyés par la poste, dans les délais susmentionnés, à la “Direção de Serviços de Registo de Contribuintes, située em Avenida João XXI, n.º 76, 6.º, 1049-065 Lisboa.”

Modèle :

DSRC – Direção de Serviços de Registo de Contribuintes
Av. João XXI, nº 76 – 6º
1049-065 LISBOA

ASSUNTO: REQUERIMENTO INSCRIÇÃO COMO RESIDENTE NÃO HABITUAL

Exmo. Senhor Diretor de Serviços de Registo de Contribuintes,

PRENOM NOM, residente em ADRESSE, nascido em PAYS DE NAISSANCE, portador do bilhete de identidade nº NUMERO DE CARTE D’IDENTITE contribuinte nº NUMERO D’IDENTIFICATION FISCAL, número de telefone NUMERO DE TELEPHONE, e-mail EMAIL, vem  requerer a V. Exa. a inscrição como residente não habitual, com inicio no ano de ANNEE DE DEBUT, de acordo com o previsto no Decreto-Lei nº249/2009 de 23 de Setembro

Declaro para os efeitos tidos por convenientes que não fui residente nem tributado em Portugal nos últimos cinco anos, e que não exerço nenhuma atividade, recebo uma pensão de frança.

Pede deferimento,

VILLE, DATE

O Requerente,

_____________________________________

Anexa (cópia):

  1. Bilhete de identificação
  2. Passport
  3. Nº contribuinte
  4. Atestado de Residência

 

Aprés 2 à 3 mois la réception d’un document recomandé confirme cette inscription :

deferimento

Quelle déclaration doit-il présenter lorsqu’il demande l’inscription comme résident non habituel ?

Lorsqu’il demande l’inscription comme résident non habituel, le citoyen doit déclarer qu’il n’a rempli aucune des conditions pour être considéré résident sur le territoire portugais pendant les 5 années précédentes celle de début de la demande.

Quel droit obtient le citoyen considéré résident non habituel ?

Le citoyen considéré résident non habituel obtient le droit d’être imposé comme tel durant une période de 10 ans consécutifs à partir de l’année, de son inscription comme résident en territoire portugais. A cet effet, il devra être considéré résident sur le territoire portugais chacune de ces 10 années.

Cette période de 10 ans n’est pas renouvelable.

Quel est l’impact du changement de résidence fiscale sur les impôts sur le revenu ?

La résidence fiscale détermine en droit fiscal l’Etat dont la personne physique va dépendre pour l’imposition générale de ses revenus.

En n’étant plus résident fiscal français, le contribuable ne sera plus imposé en France sur l’ensemble de ses revenus.

En bénéficiant du statut « RÉSIDENT NON HABITUEL » au Portugal, le contribuable qui n’exerce pas d’activité commerciale en France ne paiera pas d’impôt sur les revenus de source française au Portugal.

Une exception toutefois : les pensions versées par une administration publique demeurent taxables en France exclusivement.

En outre, tous les revenus de biens immobiliers, sont imposables dans l’état de situation des biens concernés. Le changement de résidence fiscale n’affectera donc pas les impôts dont le contribuable est tributaire en tant que propriétaire de biens immobiliers situés en France. Il en est de même des plus-values immobilières, et des plus-values sur des titres de sociétés à prédominance immobilière. Au moins le régime « RÉSIDENT NON HABITUEL » évitera t’il toute double imposition ou mécanisme compliqué de crédit d’impôt à ce titre.

Le changement de résidence, pour le contribuable français sera avantageux lorsqu’il s’agit d’un ressortissant qui dispose de « pension » (revenue de type F) autres que relatives à un emploi dans une administration française. Il se veut relativement neutre lorsque le contribuable bénéficie exclusivement de revenus fonciers importants pour des biens sis en France.

plus d’info sur

http://info.portaldasfinancas.gov.pt/NR/rdonlyres/FA96175C-2C46-4DF0-AB42-42D2A4CADE22/0/IRS_RNH_FR.pdf

http://interetsprives.grouperf.com/article/0716/ms/intprims0716_5734989.html

L’auteur décline toute responsabilité en cas d’erreur ou omission. il appartient à chacun de vérifier l’exactitude de ces informations.