Les Incontournables du Portugal

A voir, à faire au Portugal

L’Alfama, Lisbonne

Dédale de ruelles parsemées d’ombre et abritant des cours dissimulées, le quartier de l’Alfama révèle sa magie à qui accepte de divaguer un peu pour mieux percer l’âme de Lisbonne. Porté par les chants mélancoliques du fado venus se mêler aux effluves de sardines grillées, le promeneur glissera ses pas le long d’épiceries grandes comme un mouchoir de poche et de façades tapissées d’azulejos flamboyants avant de se laisser happer par l’ambiance bon enfant d’une taverne ou d’une autre. Et soudain, au détour d’une rue, la ligne des toits dévale jusqu’au Tage miroitant…

Les nuits du Bairro Alto, Lisbonne

Minuit sonne dans le Bairro Alto, une atmosphère électrique cour le long des ruelles pavées. Lorsque la lune se lève sur les collines de Lisbonne, les fêtards, tels des oiseaux de nuit guidés par les tags du street art, volent vers ce haut lieu de la nuit. Un verre à la main, les noctambules discutent vivement sur fond d’urban music jouée par des orchestres locaux comme sur les mixes de house concoctés par les DJ. Dîneurs tardifs des tavernes traditionnelles et des restaurants chic ou simples dégustateurs de mojito ou de sangria au coin de la rue partagent un même bonheur : celui d’être aux premières loges d’un des spectacles nocturnes les plus appréciés d’Europe !

Sintra

Une toute petite heure de train sépare Lisbonne de Sintra. Si loin du monde, ce village sorti d’un conte de fées et ses ancestrales auberges aux murs de pierre reposent paisiblement aux pieds de leur protecteur, le palais blanchi à la chaux. La magie s’accroît avec les bois des collines alentour semées d’impressionnants châteaux, de mystérieux jardins, d’étranges demeures et de monastères séculaires. Le soir venu, de soudaines nappes de brume ajoutent au mystère et il fait alors bon se réchauffer au coin du feu d’une de ses nombreuses adresses de charme.

Porto

Difficile d’imaginer cité plus romantique que la deuxième ville du Portugal. Le lacis de ses étroites rues piétonnes cache nombre d’églises baroques, de théâtres prestigieux et de larges places. Inscrit au Patrimoine mondial de l’Unesco, le quartier de Ribeira est relié par un pont classé monument historique à l’un des hauts lieux du porto, les chais de Vila Nova de Gaia. Le temps a marqué les façades, mais la ville bruisse d’une vitalité intense, tant sur le plan architectural que gastronomique, artistique ou nocturne.

Évora l’héritière

Cité médiévale parmi les mieux préservées du Portugal, la perle de l’Alentejo qu’est Évora protège ses merveilles architecturales derrière ses remparts du XIVe siècle. Si son intimidante cathédrale jouxtée d’un cloître, ses vestiges romains et sa pittoresque place centrale procurent des émotions esthétiques inoubliables, l’effervescente ville universitaire réserve aussi des plaisirs plus terrestres grâce à la talentueuse cuisine alentéjane.

Les falaises du Cabo de São Vicente

Longtemps ces hautes falaises ont marqué le bout du monde occidental. À l’âge d’or de la navigation portugaise, les marins disaient ici adieu à leur pays, quelque peu nerveux à l’idée de mettre le cap sur l’inconnu. Qui sait ? le fantôme de Vasco de Gama n’est peut-être pas loin ! Plus prosaïquement, une forteresse et un phare marquent aujourd’hui cette extrémité sud-ouest de l’Europe, et un nouveau musée apporte un éclairage ingénieux sur l’histoire de la navigation maritime portugaise.

Le Douro à savourer

Détentrices de l’appellation viticole la plus ancienne au monde, les sublimes terres du Haut-Douro (Alto Douro) produisent depuis des siècles des vins goûteux. Plantées de ceps noueux, les terrasses abruptes des vignobles descendent jusqu’aux méandres du majestueux Douro. Que l’on y accède en voiture par de merveilleuses petites routes, par le bateau comme par le train au départ de Porto, la région invite à la randonnée, à l’excursion fluviale et, bien sûr, aux dégustations. Les occasions ne manquent pas tant pour le voyageur de passage que pour l’hôte en séjour sur l’un des domaines.

Le fado

Né au XVIIIe siècle dans les quartiers populaires de Lisbonne, le fado reste malgré son grand âge un art bien vivant partout, au restaurant du coin comme dans la plus prestigieuse salle de concert. La tonalité mélancolique d’une voix prenante et d’une guitarra portugaise à 12 cordes fait monter les larmes aux yeux. Amours déçues, illusions perdues, jeunesse révolue… l’émotion authentique compte souvent plus que les paroles, en sorte qu’il n’est pas nécessaire de parler portugais pour être bouleversé par les grands fadistas.

Ilha de Tavira

Pour qui aime les bains de soleil, les plaisirs de la plage et la nature (voire le naturisme), l’île de Tavira déroule ses étendues de sable blond à perte de vue. Outre un train miniature, des restaurants animés et un camping, cette île sablonneuse abrite sa plage nudiste. Partie intégrante du Parque Natural da Ria Formosa, l’Ilha de Tavira reste un petit coin de paradis en dehors de la haute saison (juillet-août) où elle est prise d’assaut.

Le Parque Natural da Ria Formosa

Le long des côtes de l’Algarve court sur 60 km une zone lagunaire faite de sapais (marécages), de salinas (marais salants), de criques et d’îles dunaires. Soit pas moins de 18 000 hectares d’étendues vierges accessibles de différents points par bateau ou à pied le long du sentier nature, selon vos préférences : gagner rapidement une île déserte ou cheminer avec mille et une espèces d’oiseaux aquatiques pour compagnons.

Mégalithisme

La taille, l’orientation, la mise en œuvre de ces énormes pierres suscitent encore bien des questionnements. Et l’admiration devant ce nombre impressionnant de mégalithes dressés aux alentours d’Évora. Comment les hommes du néolithique et de l’âge du bronze ont-ils fait pour acheminer et dresser ces imposants monuments de pierre ? Outre le rôle funéraire de certaines de ces pierres dressées, quels rites ont pu susciter des aménagements complexes comme ce spectaculaire cercle de pierres appelé cromlech ?

Castelo de Vide

Telle une sentinelle aux aguets, l’œil rivé sur la campagne vallonnée à ses pieds, le discret village de Castelo de Vide est tout proche à vol d’oiseau du beau hameau médiéval de Marvão. Le vaste panorama offert, les maisons d’un blanc éclatant, les ruelles fleuries et le château au sommet ajoutent encore à l’intérêt historique que présentent l’ancien quartier juif et sa minuscule synagogue (devenue musée). Une eau minérale cristalline jaillit des fontaines, symbole du bain de jouvence que procure le monde bucolique alentour.

Séjour princier

Dotées d’une ambiance et d’une histoire à mille lieues des hôtels de charme et autres complexes balnéaires luxueux, les pousadas, gérées par l’État, comptent une quarantaine d’adresses de rêve à travers tout le pays, autant de châteaux séculaires, de monastères chargés d’histoire et de majestueux manoirs. Le temps d’une nuit ou plus, dans une chambre à l’opulence d’antan, vous dormirez tel un grand du Portugal et au matin, tirant les tentures, contemplerez les vignobles, les sommets escarpés ou le scintillement des flots.

Tomar

Classés au patrimoine mondial de l’humanité, ces édifices chrétiens comptent parmi les trésors nationaux du Portugal. Chacun a son style et sa magie. Le monastère de Batalha (à gauche) doit sa célébrité à la fantaisie de ses décors manuélins. Quant aux moines d’Alcobaça, ils pouvaient faire bombance grâce à un ingénieux canal qui menait les poissons piégés dans la rivière jusque dans leur cuisine. À Tomar, une aura de mystère entoure le Convento de Cristo, son dédale de cours et la rotonde octogonale de son église entourée d’un mur à seize pans, une symbolique toute templière.

Le Parque Natural da Serra da Estrela

Les plus hauts sommets du Portugal réunissent trois avantages pour le promeneur : des paysages accidentés bien sûr, l’aventure au grand air, mais aussi l’occasion de croiser des modes de vie appelés à disparaître. À Torre, point culminant du pays (hissé artificiellement à 2 000 m par un monument de pierre peu discret…), vous pourrez dévaler l’unique piste de ski du Portugal. Les randonneurs ont plus de choix, avec tout un réseau de sentiers dans des panoramas magnifiques. Sans oublier ces tout jeunes chiens de berger gambadant gaiement au bord des routes et que l’on meurt d’envie de câliner !

Les villages des Beiras

Murs de schiste accrochés aux pentes des collines en terrasse, sentinelles de pierre hérissées de tours face à l’envahisseur maure ou espagnol, la pittoresque terre des Beiras reflète bien des aléas de l’histoire portugaise. Si, aujourd’hui, tous ces hameaux, villages ou bourgs tels que Piódão, Trancoso, Sortelha, Monsanto, Idanha-a-Velha… tendent à se dépeupler, ils restent à l’abri du tourisme de masse, donc authentiques. Faites votre choix et concoctez-vous un parfait petit circuit routier ou, mieux, enfilez vos chaussures de marche pour découvrir ces villages au pas des pèlerins.

Braga les festivités

Le Portugal est toujours à la fête. À Braga, les processions pascales attirent la foule. Mi-juin, la capitale réunit pour la Festa de Santo António tous les amoureux prêts à déclarer leur flamme à leur élu(e). En août, à Viana do Castelo, c’est la Romaria de Nossa Senhora da Agonia. L’hiver, les jeunes hommes célibataires de Trás-os-Montes courent les rues de leurs villages masqués et vêtus de haillons pour la Festa dos Rapazes.

Délices de la mer

Peuple de marins, les Portugais en connaissent un rayon sur la cuisine du poisson. Découvrez les richesses du littoral dans des plats comme la caldeirada de peixe (ragoût de poissons avec tomates, pommes de terre et riz), l’açorda de camarões (soupe à base de crevettes, d’ail, de coriandre et de mie de pain), la cataplana (ragoût de fruits de mer préparé au vin, à l’ail et à la tomate) ou l’ensopado de enguias (soupe d’anguilles). À moins que vous ne préfériez-vous régaler en toute simplicité de sardines grillées, en direct de la mer au grill ! Ci-contre, une caldeirada.

Coimbra

Illustre cité de la connaissance, la belle Coimbra grimpe du Rio Mondego jusqu’aux murs de la ville haute du Moyen Âge et à sa célèbre université parmi les plus anciennes d’Europe. Les capes noires de ses étudiants virevoltent de ruelle en ruelle, tandis que les fadistas se déplacent tranquillement d’un endroit à l’autre pour un concert improvisé sous l’arc mauresque ou devant les vitraux du Café Santa Cruz. Pour les petits, l’histoire architecturale du pays se découvre en s’amusant au parc miniature du Portugal dos Pequenitos, tandis que les plus grands rejoignent avec bonheur la ferveur des nuits estudiantines dans la ville haute ou bien les nouveaux bars et restaurants du parc le long du fleuve.

Óbidos

En toute saison, déambuler dans le labyrinthe de ruelles et de maisons blanches d’Óbidos apporte une joie véritable dont les fêtes de la ville sauront faire une expérience inattendue. Que ce soit pour assister à une joute ou escalader les murs d’enceinte du château lors du marché médiéval, tenter de repérer le nouveau Pavarotti au Festival de Ópera ou plus prosaïquement déguster du chocolat au Festival Internacional do Chocolate, difficile d’imaginer cadre plus enchanteur.

L’art des azulejos

C’est tout simplement dans la rue que l’on découvre ces chefs-d’œuvre de l’art portugais, généreusement offerts aux regards des passants. D’origine mauresque, l’azulejo (carreau de céramique peint à la main) est devenu au fil des siècles un véritable symbole du Portugal. C’est la vie au sens large que décrivent ces fresques peintes sur céramique qui ornent la gare ferroviaire et les églises de Porto. Couverte de façades revêtues d’azulejos, Lisbonne a de quoi faire tourner la tête, à commencer par le Museu Nacional do Azulejo dont certains trésors remontent à quatre siècles.

Les gravures paléolithiques de la vallée du Côa

Allez à Vila Nova de Foz Côa par une nuit de pleine lune : cette prodigieuse galerie d’art pariétal à ciel ouvert est un incontournable. Découvertes par des archéologues dans les années 1990 et désormais classées au patrimoine mondial de l’Unesco, des centaines de gravures sur le schiste ont bien failli être englouties par la construction d’un barrage. Trois zones du parc sont accessibles sous la conduite de guides. Au printemps, les arbres en fleurs ne font qu’ajouter à la beauté du site.

Douceurs

Délice emblématique du Portugal, le pastel de nata (sorte de flan) au croustillant feuilleté empli de crème saupoudrée de cannelle est une irrésistible tentation dans toutes les pâtisseries du pays. C’est à Belém que vous dégusterez les meilleurs, encore tout chauds. Au pays de la tentation sucrée, les spécialités régionales comptent bien d’autres appâts, des pâtes d’amande de l’Algarve aux succulents travesseiros de Sintra, à l’amande et aux œufs, en passant par les queijadas (sortes de cheesecake) de Serpa.

Braga la monumentale

Dynamique cité universitaire aux festivités endiablées et à la table renommée, elle n’en reste pas moins la capitale architecturale du Portugal historique. Outre ses remarquables édifices religieux du XIIe siècle (à gauche, la cathédrale) et du XIVe, Braga possède deux ensembles de vestiges romains, des places du XVIIe et un palais XVIIIe (musée). Sans oublier l’escalier baroque à double volée du sanctuaire, l’Escadaria do Bom Jesus, gravi toute l’année par les pèlerins venus déposer leurs offrandes aux autels qui jalonnent le parcours des pénitents.

Le marché de Barcelos

Le Minho est réputé pour ses immenses marchés de plein air. Le plus grand et le plus ancien, la Feira de Barcelos, se tient le jeudi sur les rives du Rio Cávado. Les fameuses louças (poteries) du vieux bourg et les figurines de terre dans le style si particulier de Rosa Ramalho ont la faveur des touristes. Les villageois leur préfèrent poulets, tissus brodés main, vanneries et jougs de bœuf sculptés.

Viana do Castelo

Comment ne pas tomber sous le charme de ce joyau de la Costa Verde ? Les vagues s’offrent ici à tous, à chevaucher du regard depuis le sommet du Monte de Santa Luzia, ou de plus près sur un kitesurf le long de la Praia de Cabedelo. Grandes artères ombragées du XIXe siècle ou ruelles bordées de demeures manuélines et de palais rococo, il émane incontestablement une atmosphère raffinée de la vieille ville. Le quartier des pêcheurs est le royaume de la cuisine de la mer et, le soir tombé, les nuits s’électrisent le long de ses rues pavées, au rythme du monde estudiantin.

Le Parque Nacional da Peneda-Gerês

Escarpé et sauvage, le parc le plus septentrional du Portugal englobe d’imposants sommets, des cours d’eau sinueux et d’ondoyants reliefs. Ses villages de pierre n’ont guère changé au fil des siècles et des loups rôdent encore dans les zones les plus isolées. Comme souvent, c’est à pied que l’on apprécie ici toute la grandeur de la nature : une bonne dizaine de sentiers de randonnée escaladent les pics, rejoignent des voies romaines, conduisent aux ruines d’un château ou à des chutes d’eau.

Si vous restez :

deux à trois semaines

L’avantage de ce circuit inoubliable le long de la côte atlantique est de conjuguer les atouts de la scène maritime et les riches témoignages du passé, cités historiques et sites classés au patrimoine mondial de l’humanité. Commencez par Porto, la capitale des vins, située à l’embouchure du Douro. Deux journées pour explorer le centre historique, les musées et les parcs et jardins, autorisent un petit saut rafraîchissant à la plage voisine à Foz do Douro. Le troisième jour, changez d’atmosphère en rejoignant au nord la station balnéaire favorite des citadins, Vila do Conde. Puis filez au sud sur Aveiro dont les canaux pittoresques se visitent à bord d’un moliceiro (bateau traditionnel à la proue recourbée). De là un bus et un ferry permettent d’aller admirer les oiseaux à la réserve naturelle das Dunas de São Jacinto (postes d’observation). Prochaine étape : Figueira da Foz, célèbre station pour ses spots de surf, sa vie nocturne et ses longues étendues de sable bondées, sauf si l’on s’écarte un peu de la ville. Après une bonne journée de plage, rien n’empêche de s’évader à l’intérieur des terres jusqu’à l’imposant château de Montemor-o-Velho, si haut perché. En longeant le littoral vers le sud, on atteint ensuite Nazaré. Outre le plaisir de sauter dans les vagues, de prendre le funiculaire jusqu’au promontoire sur la falaise et de déguster une fine cuisine maritime, cette station balnéaire constitue un excellent port d’attache pour explorer les monastères d’Alcobaça et de Batalha que leur architecture inédite a fait inscrire au patrimoine mondial de l’Unesco. Plus au sud encore, la cité médiévale d’Óbidos abrite au détour de ses ruelles pavées quelques auberges renommées. En obliquant à l’ouest, vous rejoindrez la côte à Peniche, appréciée pour ses plages, notamment dans l’île toute proche de Baleal au village pittoresque. Si vous le souhaitez, vous pouvez même gagner par bateau la lointaine et rocailleuse île de Berlenga Grande et y passer la nuit (après réservation). Continuez au sud et se profile au sommet de falaises de grès le village blanchi à la chaux d’Ericeira. Explorez les plages, savourez poissons et fruits de mer, avant de poursuivre jusqu’à la cité de Sintra, tout droit sortie d’un conte de fées. Ses charmantes pensions invitent à s’attarder pour la nuit. La prochaine étape est le joli village de Cascais que sillonnent d’étroites allées piétonnières au milieu des jardins et des restaurants et bars en plein air. Un sentier longe la côte sur 9 km, menant à une splendide plage balayée par les vents : Praia do Guincho. Terminez votre parcours par Lisbonne dont les charmes multiples et l’activité vibrante méritent qu’on y séjourne plusieurs jours.

Deux semaines,
De Lisbonne à Porto : les incontournables

Le grand voyage portugais démarre à Lisbonne. Prenez 3 jour pour apprécier le charme des quartiers, les cafés, les restaurants, le fado et la fête nocturne. Sautez dans le tram qui grimpe jusqu’au château perché sur la colline, pour le panorama, puis les musées et les sites historiques. Le quatrième jour, découvrez les palais cachés au milieu des bois à Sintra. Deux journées suffisent ensuite pour explorer la fascinante Évora et les mégalithes des alentours. De là, mettez le cap au sud jusqu’à la paisible Tavira, une des plus jolies villes de l’Algarve, avant de rejoindre Lagos et de profiter des joies de la plage et de ses fameuses fêtes nocturnes. Reprenez alors la route de Lisbonne, en faisant étape sur la côte à Vila Nova de Milfontes. Au nord de la capitale, un arrêt s’impose à Tomar pour visiter le surprenant Convento do Cristo avant de gagner la prestigieuse ville universitaire de Coimbra. Histoire de vivre un peu la nuit estudiantine et de flâner dans les vieux quartiers. En finissant par Porto, vous mesurerez combien elle rivalise avec Lisbonne. Sa richesse architecturale impose que l’on consacre un jour entier au quartier médiéval de Ribeira avant de traverser le fleuve jusqu’à Vila Nova de Gaia, royaume des amateurs de porto.

Deux semaines,
Parcours dans le Minho et le Trás-os-Montes

Ces régions du Nord réservent au visiteur la joie de l’authentique, tant dans la vie villageoise que dans la nature préservée de ses parcs nationaux. Les marchés y sont pittoresques et les fêtes, les plus traditionnelles du pays. De Porto, longez la côte jusqu’à la station balnéaire de Viana do Castelo, également accessible par ferry depuis les plus belles plages du nord. Aventurez-vous jusqu’aux forteresses frontalières de Valença do Minho et à la cité fortifiée de Monção, magnifiquement perchées sur les hauteurs du Rio Minho.

Ensuite, cap au sud vers la charmante bourgade de Ponte de Lima, réputée pour son pont romain et ses jardins en bordure du Rio Lima. Préparez ici un petit ravitaillement avant de rejoindre le village de pierre isolé de Soajo, point de départ pour des randonnées montagnardes dans un cadre totalement protégé. Plus vaste, le parc national da Peneda-Gerês protège de multiples écosystèmes, offrant aux amoureux d’une nature intacte mille et une possibilités. Par exemple, à l’extrémité nord du parc, parcourir sans rencontrer grand monde la Serra da Peneda dont les forêts de basse altitude révèlent des reliefs formés à l’ère glacière. Entamez ensuite une boucle vers l’est en direction de la ville thermale de Vila do Gerês, la région permettant de pratiquer le canyoning, comme la marche ou le VTT.

Plus à l’est, le pont romain de Chaves atteste de ces lointaines racines dont témoigne son centre historique. Faites halte pour la nuit à Bragança, berceau de la famille royale portugaise comme le rappelle la citadelle du XIIe siècle. Non loin, le parc naturel de Montesinho protège les vieux villages de pierre et les riches forêts de cette rude terre frontalière.

Continuez votre boucle vers le sud, en passant par la délicate Mirandela avant de gagner à l’ouest le parc naturel do Alvão. Les villages de schiste de ces hautes terres balayées par le vent et semées de cascades révèlent un mode de vie traditionnel resté bien visible.

Plus à l’ouest, Amarante, au célèbre monastère et aux non moins fameuses pâtisseries, se niche dans un méandre. Remontez vers le nord par Guimarães, creuset du royaume portugais. La fière cité enserre un cœur médieval parfaitement préservé. Non loin, la Citânia de Briteiros témoigne de la présence de ruines celtiques.

Enfin, n’oubliez pas la belle cité de Braga, connue pour ses églises baroques et ses places fleuries. Sur les hauteurs, le sanctuaire de Bom Jesus do Monte offre une vue enchanteresse. Le jeudi, faites un saut jusqu’au fameux marché hebdomadaire de Barcelos.

Une à deux semaines,
Exploration des Beiras

Les Beiras laissent sous le charme par la fraîcheur de leurs paysages et l’audace architecturale des châteaux accrochés aux falaises. Coimbra et son histoire constituent la première étape qui peut se compléter d’une journée aux ruines romaines de Conimbriga, ainsi que d’une excursion jusqu’à la forêt deBuçaco et au palais royal de Luso, ville thermale. De retour à Coimbra, prenez à l’est la direction du vieux village de pierre de Piódão pour vous y reposer une nuit.

Plus au nord, le parc naturel da Serra da Estrela abrite laTorre, point culminant du Portugal. Le parc est un lieu de randonnée apprécié. Il est pratique de se baser à Manteigaspour explorer les sources chaudes et le massif forestier, ou encore découvrir au nord les villages perchés de Linhares et de Folgosinho. Un peu plus à l’est, Belmonte, bourg d’altitude, domine la Serra da Estrela.

Quittez progressivement les hauteurs en passant par la ville deGuarda, puis faites un détour au nord par la cité médiévale deTrancoso. De retour à Guarda, obliquez au nord-est en direction de la place forte d’Almeida. Concluez votre itinéraire par le sud et la forteresse perchée de Sortelha. Plus au sud encore le rêve se poursuit dans un village de conte de fées,Monsanto, et chez son voisin aux racines romaines et wisigothes, Idanha-a-Velha.

Une semaine,
Les vins du Douro

Les œnophiles seront à la fête avec cet itinéraire à travers la vallée du Douro, principale zone viticole du pays. Porto est la porte d’accès à cette région connue du monde entier pour son vinho do porto. Sur la rive opposée de la ville, l’historique Vila Nova de Gaiaest réputée pour ses chais, où l’on peut déguster d’innombrables crus.

En suivant le cours du Douro vers l’est, faites un détour au nord jusqu’au monastère d’Amarante, célèbre pour ses pâtisseries et ses berges pittoresques. Longez ensuite le fleuve jusqu’à Peso da Régua, au cœur du vignoble. Les crus à déguster ne manquent pas jusqu’à Pinhão, agréable port d’attache au milieu des vignobles, le temps de sillonner quelques jours la région. Il offre un hébergement de charme et une cuisine de qualité. On s’en échappera une journée, pour filer à travers les amenderaies par la voie ferroviaire à écartement étroit qui va de Tua à Mirandela.

À l’est de Pinhão, un pittoresque itinéraire montagneux mène à Vila Nova de Foz Côaet à ses désormais célèbres sites de gravures pariétales datées du paléolithique. Avant le retour à Porto, faites une halte gastronomique à Lamego, terroir d’un des meilleurs vins mousseux du Portugal.